Le mardi sur son 31

 Le principe du « mardi sur son 31″est simple : tous les mardis, vous ouvrez votre lecture du moment à la page 31 et vous choisissez une phrase qui vous semble sortir du lot (par le style, son contenu, etc) Bref, libre à vous de faire votre choix. Et c’est une bonne manière de parler de sa lecture du moment !

Et après l’édition spéciale « Serpentaire » de la semaine dernière, revenons donc au format normal 🙂

Première phrase:

« Elle lui avait dit ce qu’elle ressentait parfois aux alentours de la blessure, l’impression qu’un éclat de glace était coincé sous l’os« .

Extrait tiré de « Coldtown » (en VO je pense que c’est « The Coldest Girl in Coldtown) d’Holly Black!

Coldtown4

Présentation de l’éditeur (Hachette Black Moon)

Dans un futur pas si lointain, la population vampire pullule, contraignant les autorités à mettre en place des zones de quarantaine appelées Zones froides pour tenter de juguler l’épidémie. A l’intérieur de ces ghettos, vampires et humains, prédateurs et proies, cohabitent dans une perpétuelle orgie sanglante. Mais les portes des Zones froides ne s’ouvrent que dans un sens : l’entrée est définitive. Et lorsque certains vampires s’en échappent, c’est pour le pire, et pas du tout le meilleur… Après une soirée trop arrosée, Tana se réveille entourée des cadavres de ses amis. Les seuls survivants du massacre ne sont autres que son ex, le désespérément sexy Aidan, et un mystérieux garçon aux yeux rubis assoiffé de vengeance. Tana n’a qu’une solution pour leur résister et survivre : se rendre au cœur de la cité dépravée. Entrer dans Coldtown.

Pourquoi j’aime:

D’abord, c’est Holly Black. Avec son écriture ciselée, son sens aigu de l’humanité dans ce qu’elle a de pire et de meilleur. En imaginant les Zones Froides (Coldtown en VO), elle fait preuve d’une imagination cruelle, qui s’insère parfaitement dans notre société actuelle.

Ensuite, pour le mythe du vampire bien entendu. Et en dépit de la présentation, ne recherchez pas de triangle amoureux, ce qui est quand même un soulagement!

Pourquoi j’aime moins:

Il me reste environ une centaine de pages à lire, donc je pense pouvoir dire que je n’accroche pas vraiment à l’histoire d’amour entre Tana et son « love interest » (non, vous ne saurez pas qui c’est.)

Notez que ce n’est qu’un détail, car dans l’ensemble, j’apprécie ma lecture!

Et la deuxième phrase de ce mardi est:

« Ma vie s’enrichissait déjà de nombreux enseignements, mais rien n’aurait pu me préparer au tournant qu’elle allait prendre un soir d’automne, et encore moins à la rencontre qui m’attendait. »

Extrait tiré de « La Colline de l’Oubli » d’Eve Terrellon, aux éditions Laska. Oui, je suis une vile gourmande et tricheuse, car je l’ai déjà lu, mais comme c’est un coup de coeur littéraire, que ça ne m’arrive pas souvent (même si j’en ai déjà parlé dans cet article) je saisis l’occasion de vous en (re)parler!

LaColline_petit

Présentation :

« John ne connaît rien d’autre que la ferme de ses parents, où il a toujours vécu. Elevé au sein d’une communauté rigoriste, il sait cependant qu’existe davantage que le christianisme étroit et conquérant de son oncle, depuis qu’il a découvert, adolescent, la présence d’Indiens Sioux sur ses terres. L’un d’eux, encore enfant, l’a particulièrement marqué, et il n’a jamais oublié son nom : Mahpee…

Des années plus tard, sa sœur est secourue par une Indienne qui se présente à lui sous le nom de Chumani. Sa ressemblance avec le petit garçon d’autrefois est troublante. Plus troublante encore est la haine que semblent lui porter l’oncle de John, ainsi qu’une partie de la communauté blanche. Partagé entre sa famille, son éducation et son sens moral, John finit par s’attacher à Chumani malgré les avertissements. Mais est-il prêt à entendre la vérité, toute la vérité ? »

Pourquoi j’aime:

Tout y est: une intrigue bien menée, des personnages vrais et attachants, des passages couinants (ne me regardez pas ainsi. Si vous voulez savoir, allez donc jeter un oeil sur ce blog, vous comprendrez vite d’où ça vient!) et un thème exploité de manière brillante, tout en finesse et en sensibilité.

De plus, si je vous dis un style magnifique, qui vous enjôle dès les premières phrases, vous comprendrez pourquoi cette novella a été un coup de coeur, non ? 🙂

Pourquoi j’aime moins:

Je serais bien incapable de dire un point négatif au sujet de cette novella, tant j’ai vibré avec les personnages, ri et pleuré avec eux.

Si j’ai un regret – mais c’est un micro-regret, vraiment! – c’est de ne pas avoir eu de scène de rapprochement entre les deux personnages. Comme je le dis, c’est vraiment un détail.

Et vous, quel est votre mardi sur son 31 ?

17 réflexions sur “Le mardi sur son 31

  1. Vraiment, j’ai hâte de lire La colline de l’oubli !
    Par contre, Coldtown me tente moins, a priori (puis il n’est pas dans ma PàL, d’abord !). 😉

  2. Coldtown me tente beaucoup 🙂 Et je ne connaissais pas du tout La colline de l’oubli, merci pour la découverte !

  3. je n’ai lu aucun des deux mais j’ai entendu énormément de bien du hollie Black, j’espere que tu auras quand meme un bon sentiment à la fin… mais bon j’avoue si il reste juste une centaine de page ce n’est pas énorme.

  4. Je note pour Coldtown, l’idée d’une mise à l’écart en quarantaine est intéressante et ton avis donne envie (et ouf pour le triangle amoureux) !

    • Perso, j’en sors un peu mitigée en fin de compte. A lire pour l’univers mis en place, mais les persos ne m’ont pas vraiment touchée. Dommage, ca avait du potentiel. Et au passage, bienvenue par ici 😉

  5. Pingback: Revue du Web n°9 – semaine du 18/11 | Cindy Van Wilder

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s