The Five par Hallie Rubenhold

the_five_Hallie

Une fois n’est pas coutume, cet article est dédié tout entier à la chronique d’un ouvrage (en anglais; j’espère que la traduction en français suivra !) que je viens de terminer et qui m’a profondément ému et fait réfléchir.

Je veux donc vous parler de l’ouvrage de non-fiction « The Five » par Hallie Rubenhold.

Oubliez tout ce que vous pensez connaître sur Jack l’Eventreur.

Oubliez l’ombre sinistre coiffée d’un chapeau haut de forme, avec sa cape et son sac de cuir, se glissant dans les ruelles embrumées de Londres.

Oubliez les hurlements féminins, dont les documentaires sur le sujet, qu’ils soient franchement racoleurs ou se veulent plus « sérieux », nous ont largement abreuvés (et qui s’avèrent complètement faux, étant donné que personne n’a jamais entendu de cri sur les scènes de crime).

Oubliez d’ailleurs ce tueur, qui a fait tant couler d’encre et de suppositions depuis 1888.

Oubliez-le.

Si, si.

Car, bien plus intéressant que cette ombre dont on ne saura sans doute jamais le nom – et, au risque de faire hurler les Ripperologues, est-ce réellement important ? – bien plus ignoré que les moindres hypothèses sur son identité, est le nom de ses victimes.

Des victimes ignorées, oubliées, bafouées, moquées, exploitées même par ce merchandising hypocrite, qui feint la compassion quand il ne les ignore pas totalement, tout en renchérissant sur leurs corps torturés et profitant à la seule « gloire » de leur tueur.

Des victimes qu’on a allègrement et rapidement étiquetées dans la catégorie « prostituées » avec le sous-titre (implicite, mais largement mis en avant) « Elles n’ont eu que ce qu’elles méritaient » par bon nombre d’auteurs (et d’autrices !) ayant écrit sur Jack l’Eventreur.

Des victimes sur lesquelles il était plus que temps de faire la lumière et de leur consacrer ce bouquin essentiel, nécessaire, émouvant autant qu’inspirant.

Hallie Rubenhold les a appelées « The Five »/ »Les Cinq » parce qu’on suppose qu’elles ont toutes été tuées de la même main. Le nombre de victimes du Ripper s’avère sans doute bien plus élevé – entre 8 et 11 victimes – mais pour ces cinq-là, toutes victimes des « meurtres de Whitechapel » comme on les a décrits avant que la lettre « Dear Boss » ne vienne définitivement mettre un nom sur leur tueur, justice est enfin rendue sous la forme de ce livre qui retrace au mieux leurs vies respectives, depuis leur naissance, qu’elles viennent d’Angleterre, de Suède, d’Irlande ou encore du Pays de Galles, jusqu’à leur décès sur les pavés sordides de l’East End.

Polly Nichols.

Annie Chapman.

Elizabeth Stride.

Kate Eddowes.

Mary Jane Kelly.

Cinq noms dont je ne connaissais presque rien et qui, sous la plume sensible, discrètement poétique d’Hallie, prennent vie et nous livrent leurs secrets.

C’est une plongée étourdissante, incroyablement réaliste et en tous points palpitante que nous offre « The Five« , en s’attachant aux pas de chacune de ses femmes. Chacune, avec ses origines modestes, qu’il s’agisse d’une fille d’employé d’imprimerie, née dans la « rue de l’encre » londonienne, ou encore d’une jeune femme quittant sa ferme natale en Suède pour être employée en tant que domestique dans une maison de Göteborg; Chacune, avec ses rêves, ses aspirations, telles celles de Kate Eddowes, refusant le carcan étouffant que la société victorienne britannique imposait à chaque femme de classe moyenne et s’attachant aux pas d’un colporteur poète; Chacune enfin, connaissant la misère, l’insécurité, les peines effroyables de coeur, telle Annie Chapman, contrainte de laisser ses enfants derrière elle.

Ce sont des portraits d’une justesse incroyable, qui frappent au coeur autant qu’ils s’impriment dans notre imagination, que nous laisse Mrs Rubenhold. Et en filigrane, en fil rouge de ce roman, se dresse cette question capitale, mais trop souvent ignorée, à propos des Five – étaient-elles toutes des prostituées, comme on les a unanimement jugées ?

La réponse est naturellement non.

Alors, pourquoi les avoir toutes mises dans le même sac ?

La réponse, là aussi, est simple – elle tient au puritanisme exacerbé de la société victorienne britannique, à cet héritage toxique qu’elle nous a légué et qui nous empoisonne encore maintenant, cette vision de la femme, qui veut qu’elle soit soit madonne soit catin, et qui se refuse catégoriquement à l’envisager avec la même complexité qu’un mâle blanc.

Pour cette société, où on estimait naturel qu’un homme puisse battre sa femme qui osait le contredire, où on fermait les yeux sur un homme prenant une maîtresse ou visitant les travailleuses du sexe, mais où on pointait du doigt la femme désertant le domicile conjugal, où la fameuse justice à deux vitesses, persistant encore maintenant, s’appliquait dans tout son sexisme exacerbé, est-il dès lors vraiment bizarre que personne jusqu’ici n’ait mis en doute l’étiquette de prostitution qui a été collée unanimement sur les fronts des victimes ?

Mrs Rubenhold démontre avec une efficacité brillante à quel point les cinq ont été victimes de sex shaming et même de shaming tout court, car elles ont toutes osé, à un point de leur existence, mettre en question, voire refuser, la ligne de conduite inflexible qui leur était imposée.

Elle leur offre d’ailleurs bien davantage que la vérité – elle nous les montre telles qu’elles ont sans doute existé, avec leurs défauts, leurs faiblesses, leurs coups de rage, de colère, mais aussi avec leurs moments de bonheur, leurs objectifs de vie.

Elle nous les montre tels des êtres humains, dans toute leur complexité et leurs failles. Et c’est sans doute là le plus beau cadeau qu’elle pouvait leur faire – leur rendre leur humanité, nous donner leur histoire et leur permettre – enfin ! – d’avoir une voix, elles qui ont été réduites au silence depuis si longtemps.

J’ai posé la question à l’autrice sur Twitter pour une éventuelle traduction en français, elle m’a répondu qu’il fallait guetter les news. Je vous invite donc vivement à le faire et en attendant, si vous vous sentez d’attaque pour entamer ce « Five », précipitez-vous dessus.

Vous ne le regretterez pas.

 

 

CR Janvier 2019

london-snow

On reprend les bonnes habitudes avec ce CR mensuel (et sous la neige accessoirement ^^)

Alors, me direz-vous, que s’est-il passé de mon côté en ce mois de janvier ? 

  • Côté écriture

C’est un mois consacré à Terre de Brume 2, suite et fin des aventures d’Héra et d’Intissar, qui arrivera en librairie dès la mi-mai !

J’ai d’ailleurs vu un premier rough de la couverture concoctée par Rageot et… je peux vous dire qu’elle est JUSTE TOTALEMENT SUBLIME. J’ose à peine imaginer la combinaison des deux tomes dans la bibliothèque tant ça va être une TUERIE, c’est vous dire. (Et oui, le teasing continue en 2019 ^^)

Bref, revenons à nos moutons ! Ce tome 2, je l’ai d’abord rendu début janvier et je suis à présent plongée dans les corrections éditoriales, guidée par les remarques absolument judicieuses de mes éditrices ❤️ C’est un vrai plaisir de travailler avec elles !

Rendez-vous tout bientôt pour de prochaines nouvelles à ce sujet 🙂

  • Côté projets

Je compte bientôt reprendre Bruja, qui comme son nom ne l’indique peut-être pas à première vue, est un tome unique, un YA qui penche définitivement vers l’adulte et qui fera la part belle à la sorcellerie et au féminisme, le tout dans un univers à la V pour Vendetta ! 

bruja

J’avais commencé une première version en novembre avant de (naturellement) m’arrêter et de re-poser les bases de cet univers. (Je dis « naturellement » car c’est comme ça que je travaille, par versions successives & cycles de réécriture totale/partielle).

Pour celleux qui avaient suivi la progression de ce projet sur les RS, attendez-vous donc à le voir surgir de nouveau !

  • Côté surprise

Comme dit sur plusieurs RS, je vous réserve une (belle) surprise le 6/2 ! Annonce en exclusivité pour les abonné-e-s à ma newsletter. Et pour vous abonner, c’est par ici.

  • Côté signatures

L’agenda 2019 est en place ! Du moins, une première ébauche car il est possible que d’autres dates s’y rajoutent, donc je vous invite à consulter régulièrement cette section.

  • Côté blogs

Une fois n’est pas coutume, je vous invite aussi à jeter un oeil sur ces articles & autres posts très intéressants !

 

Queerpower_8a28981e-acde-4680-a0e7-0e454da27c82_1024x1024@2x

Queer Power !

Octobre 2018 : le CR !

En ce premier mois de – véritable – automne – suis-je la seule que la fuite de l’été indien soulage ? – voici donc le récap de ce mois d’octobre, qui, il faut bien le dire, s’est révélé bien chargé !

Côté écriture 

Entre mettre les dernières touches à Terre de Brume number two avant de l’envoyer à l’équipe de Rageot…

 

Alors que vous pouvez toujours découvrir le premier tome en librairie… ici, en bonne place à la librairie l’Oiseau-Lire de Visé !

les corrections éditoriales de mon roman à quatre mains avec Agnès Marot, #TousDebout et – naturellement – l’inévitable challenge s’invitant au moment où je m’y attends le moins (parce que sinon, me chuchote Muse, ce n’est pas drôle !)

on peut dire que je n’ai pas chômé ce mois-ci !

J’en profite pour souhaiter un joyeux NaNoWriMo à celleux qui se lancent dans l’aventure !

 

Côté publications

Naturellement, c’est celle de Terre de Brume qui domine 😉 Alors que j’achève le tome 2 (et dernier, d’ailleurs. Je précise car on me demande si c’est une trilogie, hé non, l’histoire se clôture bel et bien dans ce second tome !), vos retours sur le tome 1 sont hyper nombreux ! Un grand merci pour tous vos petits mots, vos avis, vos photos et vidéos via Instagram ❤️

Petit florilège de chroniques :

 

 

La chronique super enlevée de Plumes de Lune

L’avis de Minimouthlit

 

Côté salons

Bon, entre les Halliennales (aka un de mes salons préférés) et la Foire du livre de Saint-Etienne (que j’ai découverte cette année), je pourrais en parler pendant des heures, mais pour faire simple :

QUE DU BONHEUR !!

Un immense merci aux organisateurs, aux libraires, aux bénévoles et naturellement, au public présent lors de ces deux manifestations. Retrouver les potes auteurs & autrices, faire connaissance avec de nouvelles têtes, avoir des émotions de dernière minute car on s’est trompé de tram (ahum)… C’est là les imprévus de salons et qu’est-ce que c’est chouette !

Vous pouvez retrouver les prochaines dates ici et en attendant de vous dévoiler l’agenda 2019, qui se remplit lentement mais sûrement, je vous promets d’ici peu une newsletter spéciale Montreuil ! 🙂

 

Côté initiatives

J’ai aussi profité de ce mois d’octobre pour lancer, de manière plus ou moins impromptue, une initiative qui me tient particulièrement à coeur : #freedomtokiss / #baiserscontrelhomophobie

Parce que les agressions homophobes, où qu’elles se passent et quelles qu’elles soient, doivent être condamnées.

Parce qu’il est impensable que les baisers et autres marques d’affection soient non tolérées par certain-e-s, au point de provoquer coups, blessures et insultes,

Parce que le silence et l’indifférence tuent tout autant que la violence et la bêtise,

J’ai donc lancé #freedomtokiss / #baiserscontrelhomophobie.

Si vous désirez davantage d’informations, voici l’article et la vidéo récap.

N’hésitez pas à vous engager, j’espère vous voir nombreux et nombreuses d’ici la fin décembre 🙂

 

Côté lectures & découvertes

Celleux qui suivent mes stories sur Instagram m’ont déjà entendu sur ce sujet – j’ai découvert (20 000 ans après tout le monde) le très chouette et très intéressant podcast de la Poudre.

Le principe est simple :

Lauren Bastide reçoit dans une chambre d’hôtel une femme inspirante, artiste, activiste, politique pour une conversation intime et profonde.

Pour l’instant, je n’ai suivi que l’épisode spécial Sorcières avec Mona Chollet et ça tombe plutôt bien, car je venais d’acheter ce bouquin :

Pour le moment, je peux vous dire que je le savoure…

A bientôt pour de prochaines nouvelles !

 

Février 2018 : le CR !

Poursuivons cette toute nouvelle tradition des CR mensuels avec cette fois-ci, le mois de février !

Un mois qui s’est avéré tout autant « montagnes russes » que le mois de janvier – je commence à m’y habituer !

On peut dire qu’il y a eu de *très* jolies surprises dans le lot 😉

Côté publis

 

 

La grande nouvelle de ce mois, c’est naturellement la publication de #RomanMystère aka #TousDebout (titre provisoire), écrit à quatre mains par ma complice Agnès Marot et moi-même, aux éditions Nathan !

RDV en 2019 pour cette future publication (et naturellement, pleeeeeeeein de teasing entre temps. Vous commencez à nous connaître !)

A cette occasion, je voudrais encore adresser un IMMENSE merci à Roxane Edouard, WonderAgente, et aux éditions Nathan pour leur confiance 🙂

Côté écriture

Le premier tome de Terre de Brume, le dyptique d’imaginaire prévu chez Rageot, a été bouclé et renvoyé chez l’éditeur.

En attendant la phase de retours-corrections éditoriales, l’écriture va donc s’engager pour moi sur #TousDebout ! Côté préparation de projets, je peux vous dire que la Muse, jamais à court d’activité (satanée bestiole !), me tanne déjà pour un nouveau bébé… Que voulez-vous, dans ce cas-là, vous n’avez plus qu’une chose à faire – écouter l’impertinente et prendre des notes ! 😉

Heureusement, j’ai de quoi noter !

Côté dédicaces

L’agenda du second semestre a été adapté !

Mais avant de parler des futures dédicaces, j’aimerais d’abord revenir sur la Foire du Livre de Bruxelles, qui avait lieu le week-end dernier et où vous m’avez réservé un accueil du tonnerre !!!

La preuve en vidéo :

Ca a été une vraie joie de vous voir (et de vous revoir, pour certain-e-s). Des rencontres touchantes, émouvantes et tout ça dans la bonne humeur… Même si je regrette que plusieurs d’entre vous n’aient pas pu se procurer La Lune Est A Nous sur place, le succès a été au rendez-vous pour les Outrepasseurs & Memorex… ainsi que pour Mulberry Tree ! D’ailleurs, si vous êtes intéressé-e-s pour vous le procurer en version papier, ne tardez plus car le stock disponible suite à la campagne Ulule gérée par Anaïs est presque épuisé…

Parlons maintenant des futures dédicaces !

  • Le premier rendez-vous sera… virtuel ! En effet, le salon du Livre UBS Imaginarium organisé par les étudiant-e-s du Master MLHN de l’Université Bretagne Sud m’a gentiment invitée à prendre la parole lors d’une table ronde sur les défis qui attendent la publication d’un ouvrage de l’imaginaire. Intervention qui sera diffusée en live sur leur page Facebook, si vous ne pouvez pas assister en direct à l’évènement 😉
  • Second RDV dans le Haut-Rhin, cette fois-ci, où je dédicacerai à la librairie du Liseron dès 17 heures le vendredi 16/3 à Mulhouse ! LLEAN est en effet sélectionné dans le cadre du prix littéraire des lycées professionnels du Haut-Rhin 🙂
  • Et enfin, pour clôturer ce mois de mars en beauté, rendez-vous le samedi 17 mars au Salon du Livre de Paris !

–> De 14 à 16h, sur le stand Scrineo

–> De 16h30 à 17h30 sur l’espace librairie du stand Pays de la Loire

Côté lectures

Je suis plongée en ce moment dans le recueil d’essais The Good Immigrant paru en 2016, où des auteurs & autrices BAME (Black, Asian, and Minority Ethnic) témoignent de leur quotidien, des difficultés d’insertion, de leurs expériences personnelles vis-à-vis du racisme et du sexisme au Royaume-Uni, et tout cela, avec un humour parfois tendre, parfois mordant et pas mal de second degré aussi ! Un ouvrage des plus intéressants, qui me pousse à énormément réfléchir sur les questions soulevées. Je ne sais pas s’il existe un ouvrage de ce type en Francophonie, mais franchement, ce devrait être un indispensable !

De plus, ce recueil m’a permis de découvrir des voix comme celle de Salena Godden, poétesse britannique, dont l’essai intitulé « Shade » est juste une petite perle, ou encore celle de Miss L. qui gère un Tumblr intitulé Casting Call Woe, où elle poste des annonces de casting qui sont hyper révélatrices au niveau du racisme et du sexisme que l’on subit dans notre société.

J’ai également pu mettre la main sur un article universitaire signé Diana W. Anselmo, intitulé « Gender and Queer Fan Labor on Tumblr – The case of BBC’s Sherlock », qui démontre de manière brillante que non, les oeuvres des fans sont bien loin de se limiter à du « porno gay » comme semble le penser M. Moffat, et qui revient sur les accusations de queerbaiting concernant cette série.

 

Côté films

 

Ai-je VRAIMENT besoin d’en dire plus, hum ?

 

… Je ne pense pas !

A tout bientôt, les gens !

Janvier 2018 : le CR !

M’inspirant de la brillante idée de Cécile Duquenne, chère collègue autrice et traductrice dont j’admire le talent pour (entre autres !) son organisation, je vais donc tâcher (notez bien ce verbe, ce n’est pas anodin !) d’en faire de même et de vous livrer un compte rendu mois par mois, histoire de vous inviter dans ma vie oh so glamour d’autrice et d’alimenter un peu ce blog par la même occasion.

Janvier a démarré sur les chapeaux de roue à tous niveaux. Autant vous dire que garder le rythme de manière constante s’est avéré un tantinet difficile , MAIS je me suis quand même pas mal débrouillée 🙂

Côté écriture

Naturellement, c’est la préparation du premier tome de Terre de Brume, le diptyque prévu chez Rageot, qui m’a pas mal monopolisé ces jours-ci.

 

Un roman très différent de LLEAN à plus d’un titre et… la diversité fait du bien ! LLEAN s’est avéré un roman assez taxant émotionnellement, qui m’a remis en tête pas mal de vécu et si, naturellement, j’ai adoré l’écrire, c’est un ouvrage qui m’a pris énormément d’énergie (pour ne citer que celui-là). Alors je peux vous dire que ça fait énormément de BIEN de me replonger dans un ouvrage d’imaginaire, où je fais la part belle à l’aventure !

Bon, vous me connaissez, il y aura toujours ce côté « réflexions » sur des sujets qui me touchent et dont j’ai à coeur d’en parler. En plus, je m’éclate avec les personnages, c’est un vrai régal que de les découvrir et explorer leur univers… Je peux vous dire que j’ai vraiment hâte de vous en parler davantage !

« C’est le principe même de la liberté. Dans le monde d’avant, les gens construisaient des murs et des barrières, tout ça pour empêcher les autres de passer. (Il secouait la tête.) Ça n’a jamais été efficace, tu sais. Nous sommes faits pour voyager. Pour découvrir. Pour explorer. »

 

Côté publis

LLEAN est sorti depuis plus de quatre mois à présent et le fait de le voir toujours présent dans des chroniques, des vidéos, etc… Vous ne pouvez pas savoir à quel point ça me réchauffe le coeur !

 

 

La plupart des lecteurs et des lectrices ne s’en rendent peut-être pas compte, mais la vie d’un roman sur une étagère de librairie se compte généralement en semaines. En mois, s’il est chanceux. L’offre est hyper présente – surtout dans le domaine du YA ! – la demande n’est pas toujours au rendez-vous pour un titre, bref, vous l’avez compris, la place sur les étagères pour un nouveau roman est très chère.

Aussi, voir que LLEAN continue de vivre sa vie dans les mains des lecteurs et des lectrices représente une belle source de fierté 🙂

Côté lectures

J’ai repris le chemin de Goodreads ! Après avoir lamentablement foiré mon challenge lecture de l’année dernière, me voici donc de retour avec un objectif bien plus modeste (et bien plus réaliste, soyons clairs! ) Vous pouvez le retrouver ici. Pour l’instant, j’ai lu le splendide They both die at the end d’Adam Silvera et j’ai ensuite enchaîné sur le best-seller de Wohlleben, La vie secrète des arbres.

Deux ouvrages très différents, mais tout aussi intéressants dans leur registre !

 

Côté dédicaces

Vous pouvez voir mon programme presque entier pour le premier semestre – je dis « presque » car on n’est jamais à l’abri d’une (bonne) surprise 🙂 C’est aussi un aspect du métier d’autrice qui passe sous le radar public, à savoir l’organisation dont il faut faire preuve quand on t’invite pour un salon, une dédicace en librairie ou que ton roman est nominé pour un prix (comme c’est d’ailleurs le cas pour LLEAN !) Naturellement, c’st beaucoup de bonheur à la clef, mais en retour… Ben, ça demande pas mal de prépa en amont ! Et c’est d’autant plus le cas quand, comme moi, on exerce un autre métier que l’écriture à plein temps. Répondre aux mails, organiser les trajets, les rencontres, etc… Le métier d’auteur ne consiste définitivement PAS à se caler derrière son bureau et à écrire, je peux vous le dire – et encore, dans mon cas, je peux compter sur l’aide inestimable de Roxane Edouard.

Bref, tout ça pour vous dire que ça turbine pas mal en coulisses mais que je pense vous annoncer tout bientôt plusieurs (bonnes… très bonnes, même) surprises. Stay tuned !

Et en attendant…

Be fabulous 🙂

Parlons fanfic ! (1/2)

 

D’abord, qu’est-ce que la fanfiction ?

Rassurez-vous, je ne vais pas vous faire un cours magistral, juste vous donner une définition générale – la fanfiction, c’est toute œuvre (littéraire, artistique, audiovisuelle, etc) qui s’inspire d’un univers, mettant en scène des personnages appartenant à un ouvrage déjà publié.

Par exemple, si votre histoire a comme héroïne Buffy ou se passe à Poudlard, c’est de la fanfic.

Notez que cette définition générale ne tient aucun compte des liens de votre fanfic avec l’univers dont elle est inspirée – en clair, si vous vous en inspirez beaucoup ou (presque) pas !

C’est une question qui a notamment été soulevée lors d’une intéressante conversation Twitter avec une abonnée, au sujet notamment du célèbre 50 Shades of Grey, qui à l’origine était une fanfic Twilight (eh si). Naturellement, au moment de passer sous presse, plus aucune trace de Bella ou d’Edward, à la place, nous avons eu Anastasia et Christian, des personnages « originaux » (au sens légal du terme, je m’empresse de le préciser).

Bref, vous l’aurez compris – « fanfiction » est un terme global, qui peut recouvrir nombre de genres…

 

Pourquoi parler de fanfic ?

Eh bien, pour plusieurs raisons – mais je vais me limiter à une seule pour le moment, les autres suivront dans la deuxième partie de cet article ! (RDV la semaine prochaine).

Time for my coming out – la fanfic, j’en lis depuis des années.

Et que, sachant de quoi je parle, je peux donc affirmer avec certitude : la fanfiction ne se résume pas à une succession de scènes de sexe débridé avec trois fautes d’orthographe toutes les phrases !

(et je vous le prouverai tout à l’heure, avec une petite liste de recommandations 🙂 )

Contrairement aux clichés qui pullulent sur la fanfiction, un genre très mal-aimé en francophonie, j’y ai découvert une grande richesse, des plumes de talent, avec lesquelles je suis tombée en amour, au point de me dire « Bon sang, si elle/il – là aussi, halte aux clichés, il n’y a pas que des filles/femmes qui écrivent de la fanfic ! – publie un jour une œuvre originale, je serai dans les starting-blocks pour l’acheter ! ».

Est-ce à dire que tout est bon dans la fanfic ? Bien sûr que non. Comme pour tout genre littéraire, on y rencontre du pire, du passable, mais aussi du bon et de l’excellent !

En tout cas, la fanfic et moi, c’est une histoire qui dure depuis des années.

 

J’y ai découvert non seulement une grande richesse stylistique & imaginative – et franchement, chapeau, car écrire sa propre histoire en respectant les contraintes posées par un univers déjà créé, ce n’est certainement pas donné à tout le monde ! – mais aussi une ouverture sur le monde qui manque encore cruellement en fiction. On y parle de santé mentale & physique, de questions d’apparence, d’identité, de genre, d’orientation sexuelle, de mode de vie… Voilà un aperçu de ce que peut offrir la fanfic dans sa bouillonnante activité.

Tous ces thèmes sont-ils bien traités ? Non. Et oui, il y a des clichés – même parfois toxiques. Mais – là aussi, comme pour tout genre littéraire – il y a également des perles qui valent vraiment la peine d’être découvertes.

Je suis souvent admirative de l’immense travail & énergie déployés par les auteurs/autrices de fanfic, qui, souvent, n’écrivent pas avec une publication en tête (je parle ici de publi papier, traditionnelle si je puis dire). Et de leur capacité à accepter la critique/se remettre en question quand ils postent leurs oeuvres sur le Web et qui peuvent avoir en réponse des retours à chaud. Là aussi, chapeau !

Enfin, les fandoms – comprenez les différentes communautés de fans – sont en général des lieux d’entraide, de camaraderie, de solidarité également (je ne compte plus le nombre d’actions organisées pour soutenir des oeuvres caritatives par exemple). Des lieux de réflexion aussi, que ce soit sur le roman/série/film qui est l’objet du fandom que sur la réalité qui nous entoure.

 

Mais je vous vois venir, bande de curieux/curieuses…

En ai-je déjà écrit ?

Non. Et ce n’est pas un exercice qui me tente d’ailleurs. Je préfère largement en lire.

Quel(s) fandom(s) ?

Alors j’ai commencé par celui d’Harry Potter, suivant l’exemple de nombreux auteurs/autrices. Ensuite, mes goûts ont varié, là en ce moment, je suis plutôt dans le fandom Sherlock (qu’on suive la série BBC – enfin pas trop non plus, au vu du ratage complet de la S4 – ou encore l’œuvre originale de Conan Doyle.)

Quel(s) genre(s) ?

Une question qui peut avoir diverses réponses…

* D’abord, que ce soient des histoires qui respectent scrupuleusement l’original (les « canons » pour reprendre le langage fanfic) ou qu’elles dévient complètement de celui-ci (des « AU » – Alternate Universe/Univers alternatif), je lis de tout, du moment que c’est bien écrit, que les persos soient cohérents dans leur caractérisation (et je parle de celles que leur donne l’auteur, pas forcément des caractérisations originales), bref tous les ingrédients qu’on demande à une bonne histoire !

* Ensuite, j’ai lu des histoires générales (« Gen ») comme des romances (qui sont légion dans la fanfic, ne nous voilons pas la face !). Et parmi celles-ci, du slash – des histoires M/M, F/F.  Parce que oui, on peut allier romance et histoire bien écrite (c’est aussi valable pour les romances originales, d’ailleurs), comme on peut allier romance entre les persos principaux & des intrigues palpitantes (et même parfois bien mieux construites que l’original… )

 

Une dernière précision – mes recommandations sont toutes en anglais. Non pas que je n’aie jamais lu de fanfics en français, loin de là, mais il faut bien avouer que, dans ce domaine là aussi, l’offre anglophone est bien plus large.

Néanmoins, pour celleux qui s’arracheraient déjà les cheveux car ne lisant pas en anglais, pas de panique ! De nombreux auteurs/autrices anglophones sont traduit-e-s en français et généralement, le lien est inclus dès le début de l’histoire.

Et naturellement, rien ne vous empêche de me donner vos propres recommandations, tous fandoms confondus ! 🙂

 

Sans plus tarder… La liste ! (et un petit coucou à Claire au passage, qui m’en a donné l’idée 🙂 

 

* Je parlais de Harry Potter tout à l’heure et croyez-moi, j’en ai lu un bon paquet ! Néanmoins, quand on me parle de fanfic HP, un nom me vient directement en tête – Saras_Girl.

Je pense que j’ai dévoré toutes ses histoires (une première) tant son style me plaît. Elle possède cet art, qui semble si simple à première vue, mais si difficile quand on s’y essaie, de rendre le quotidien palpitant. Elle met en lumière les détails de la vie de tous les jours d’une telle manière que ces derniers sonnent incroyablement vrais. C’est une plume extraordinaire, remplie de sensibilité et d’humour. Bonus non négligeable (ce qui arrive quand on lit le LJ d’une autrice), elle semble juste aussi adorable dans sa vie de tous les jours.

Bref, je ne peux que vous encourager à la découvrir !

 

* Une autre autrice qui est devenue complètement incontournable pour moi – cette fois-ci dans le fandom Sherlock – c’est BeautifulFiction.

Sa fanfic The Gilded Cage  a réussi l’exploit de m’intéresser au trope Alpha/Omega (par “trope” comprenez une des variantes en fanfic, comme les fics se déroulant à l’université, par ex.) qui ne m’avait jamais inspiré jusque là. Voilà le parfait exemple d’une romance superbement bien développée, qui se paie le luxe d’allier enquête passionnante doublée d’une réflexion politico-sociale très actuelle – eh si ! Je peux vous dire que, quand je l’ai finie, j’étais wow. Juste Wow.

En plus, cette autrice, qui évolue dans plusieurs fandoms sous divers pseudos, écrit avec une sensibilité, une justesse, un lyrisme enfin extraordinaires.

Dans tous les cas, un nom à retenir !

 

* Dans le monde de la fanfic, on ne présente plus Emma Grant. Une autrice prolifique dans plusieurs fandoms, une plume acérée, avec cette pointe d’humour So British  qui marche à tous les coups pour moi et des histoires qui ne ménagent pas les protagonistes. En prime – des scènes very hot et très bien écrites (et ça, tous ceux/toutes celles qui s’y sont essayées vous diront que les écrire, c’est bien plus difficile que ça n’en a l’air !)

A découvrir sans hésitation – mais attention à votre palpitant tout de même (j’ai dit qu’elle n’épargnait pas ses personnages, n’est-ce pas ! )

 

* Une découverte beaucoup plus récente, mais qui m’a séduit par son style, la manière dont elle développe la palette des sentiments, la construction de ses intrigues enfin – j’ai nommé dr_girlfriend Là aussi, une autrice multifandoms.

 

* Enfin, je terminerais par l’un des AU les plus géniaux et les mieux écrits qu’il m’ait été donnés de lire, j’ai nommé Performance In A Leading Role  par Mad_Lori. Wow, wow, WOW.

Un récit qui m’a séduit aussi bien par la relation qu’elle met en scène que par sa connaissance du monde du cinéma & de l’audiovisuel, ainsi que par tout ce qu’elle implique sur celui-ci.

Du tout grand Univers Alternatif !

 

Voilà pour cette première partie – parce que sinon, vous allez avoir un article de six pieds de long !

On se retrouve la semaine prochaine pour la deuxième partie où je vous parlerai notamment de ma lecture en cours, un ouvrage de non-fiction celui-ci, Why Fanfiction Is Taking Over the World par Anne Jamison !

Des Oscars et des gens ordinaires

Une fois n’est pas coutume, j’ai suffisamment d’inspiration pour vous écrire un article sur ce blog (je sais, ça fait un bail).

Et une fois n’est pas coutume non plus, ce sont les Oscars hollywoodiens qui m’ont mis le pied à l’étrier. Si vous ne le saviez pas, dans la nuit de dimanche à lundi, tout le gratin hollywoodien était donc réuni for the event of the year, aux célèbres statuettes dorées. Et non, je n’étais pas collée devant la TV – à vrai dire, j’ai regardé une seule fois les Oscars en direct (enfin en partie !) quand LOTR3 Le retour du Roi s’est retrouvé nominé à je ne sais plus combien de reprises. C’est vous dire si je ne suis pas spécialement fan de l’évènement.

Mais cette année, cependant, on peut dire que les nominations avaient attiré mon attention. Pour des nominations qui ont trop souvent été décriées comme trop blancs (et je ne donne absolument pas tort aux détracteurs/détractrices, loin de là) voir des acteurs & actrices comme Mahershala Ali & Viola Davis parmi les nominé-e-s ou encore des films comme Moonlight & Hidden Figures susceptibles de remporter une statuette, c’était un changement plus que bienvenu, surtout quelques semaines après l’investiture de Trump.

Et si je croisais les doigts pour que tous et toutes remportent le succès remporté, je ne m’attendais pas pour autant à ce que cela se réalise (surtout pour Moonlight – best Movie et dans des circonstances aussi rocambolesques.)

oscars-2017-moonlight-e1488184336647

Mais le plus important ne se situe pas dans la gaffe qui a eu lieu sur scène ;

L’important se situe dans les mots, dans les expressions, dans les regards de ceux et celles qui, le premier moment d’incrédulité passé, ont monté les quelques marches et se sont retrouvés avec la récompense suprême entre les mains. Bien plus qu’objet à poser sur la cheminée (du moins j’imagine ^^ ) c’est la consécration, c’est la reconnaissance du travail accompli.

oscarsviola

Et, surtout à l’époque où nous vivons, c’est l’affermissement d’un droit – celui d’être vu ET entendu. Celui de se dire et de dire tout court aux autres « Je suis à ma place ».

« Je suis sur le devant de la scène, moi qu’on a trop souvent relégué en second rôle, quand ce n’était pas en coulisses, et j’emmerde celleux que cela gêne. »

Mahershala Ali accepts the award for best actor in a supporting role for "Moonlight" at the Oscars on Sunday, Feb. 26, 2017, at the Dolby Theatre in Los Angeles. (Photo by Chris Pizzello/Invision/AP)

Mahershala Ali accepts the award for best actor in a supporting role for « Moonlight » at the Oscars on Sunday, Feb. 26, 2017, at the Dolby Theatre in Los Angeles. (Photo by Chris Pizzello/Invision/AP)

Si j’écris cet article, ce n’est pas seulement pour saluer la victoire de ces acteurs et de ces films. C’est aussi parce que ces victoires me touchent et me parlent sur un plan personnel.

En tant qu’auteur et en tant qu’être humain.

 

Auteur d’abord, car mes deux sorties 2017, que ce soit Ferenusia ou Ce soir, le ciel nous appartient, vont mettre en scène, chacune à leur manière, des personnages que j’ai rarement eu l’occasion de voir figurer dans des romans, si pas jamais.

Être humain ensuite, car je m’avoue volontiers lassée par la plupart des médias & divertissements culturels qu’on peut nous proposer. Comme si on me proposait chaque fois le même format, les mêmes caractéristiques, les mêmes cloisons, les mêmes cadres également dans lesquels je n’entre plus.

Je refuse d’y entrer en fait.

C’est même plus que ça – je ne peux plus ne pas voir ce qui se trouve en face de moi et qui ne va pas.

Ce qui cloche – alors que ça me semblait si normal auparavant.

Que ce soit une remarque grossophobe sous couvert d’une blague ciblant les gros-se-s, l’absence criante d’acteurs/d’actrices racisé-e-s dans les films et autres séries ou encore l’obligation vestimentaire pour l’immense majorité des actrices de porter jupe/talons aiguilles (et je pourrais continuer longtemps dans cette veine), ce sont là autant de détails qui me passaient sous le nez auparavant et que je ne peux plus ne plus voir à présent.

Une évolution qui s’est faite au fil du temps, au fil des rencontres également et qui ne cesse pas de s’affiner.

Ce qui nourrit ma lassitude, ma colère aussi, mon désenchantement se muant en indifférence blasée vis-à-vis de ces médias. S’ils ne me prennent pas en compte, ne reconnaissent pas la réalité de personnes qui, comme moi, ne rentrent pas dans leurs petites cases, pourquoi devrais-je, moi, les prendre en compte ? M’intéresser à ce qu’ils peuvent me proposer ?

Et il en va de même pour les autres produits culturels – au premier rang d’entre eux, les livres.

Voilà aussi et surtout pourquoi des voix comme celles de Yaa Gyasi, Léonora Miano, Meredith Russo, Jeff Garvin et encore bien d’autres parviennent à me captiver. Pourquoi je m’intéresse à leurs récits.

Dernier coup de coeur en date

Parce que leur réalité, comme la mienne, ne s’articule pas autour du pôle qu’on nous ressert si souvent dans les fictions.

Parce que leurs personnages sont différents – comme j’ai envie que les miens soient différents.

Parce qu’ils parlent du monde d’hier et d’aujourd’hui – ou tout au moins une version qu’on ne retrouvera pas dans la plupart des livres d’histoire/journaux actuels.

Aussi et surtout parce que leurs récits me parlent. Me font du bien.

Et qu’en tant qu’auteur, j’espère pouvoir faire de même pour celleux qui me liront.

Voilà pourquoi les victoires de Viola Davis, Mahershala Ali et Moonlight m’ont donné un sourire aussi large que ceux qui se sont inscrits sur leurs visages hier soir.

Voilà pourquoi, en voyant les photos, les vidéos, en écoutant leurs discours, un sentiment de fierté m’a aussi gonflé la poitrine.

Et voilà pourquoi j’ai l’espoir que ces succès encourageront d’autres à créer, rêver, inspirer et – qui sait ? – eux aussi, monter sur le devant de la scène pour crier « J’existe. J’ai le droit d’être ici devant vous. Et je vais cesser de me taire. »