[Chronique] The Serpent King – Jeff Zentner

The-Serpent-King-HiRes

4e de couv’

Dill has had to wrestle with vipers his whole life—at home, as the only son of a Pentecostal minister who urges him to handle poisonous rattlesnakes, and at school, where he faces down bullies who target him for his father’s extreme faith and very public fall from grace.

He and his fellow outcast friends must try to make it through their senior year of high school without letting the small-town culture destroy their creative spirits and sense of self. Graduation will lead to new beginnings for Lydia, whose edgy fashion blog is her ticket out of their rural Tennessee town. And Travis is content where he is thanks to his obsession with an epic book series and the fangirl turning his reality into real-life fantasy.

Their diverging paths could mean the end of their friendship. But not before Dill confronts his dark legacy to attempt to find a way into the light of a future worth living.

Mon avis

Vous connaissez la sensation d’être pris aux tripes dès que vous ouvrez un roman ?

Comme si les personnages semblaient de chair et d’os tant ils vous semblent vrais ?

Et avant même que vous ne vous en rendiez compte, vous êtes déjà à un tiers du bouquin sans même avoir vu les pages défiler ?

Voilà, c’est l’effet que ce roman a eu sur moi.

The Serpent King, je l’ai pris un peu hasard lors de ma dernière razzia en ebooks. J’en avais entendu pas mal parler, surtout en bien, et le 4e de couv’ m’intriguait. La couverture, enfin, constituait un gros bonus avec son design tout à fait adéquat.

Contrairement à ce que le titre pourrait laisser penser, aucune trace de fantastique ou de fantasy dans ce roman. Du 100% réaliste situé à Forrestville, petite bourgade dans le Tennessee, sud des Etats-Unis. On suit trois ados, trois points de vue totalement différents entre Dill, le fils du Serpent King alias un pasteur qui s’est retrouvé en prison; Lydia, bloggueuse à succès et qui a hâte de faire ses débuts à l’université de NY; Travis, à moitié immergé dans l’univers de sa saga fantasy préférée pour mieux oublier ce qu’il se passe à sa maison.

Trois amis, qui s’apprêtent à entrer dans leur dernière année de lycée, chacun redoutant et espérant en même temps un autre horizon, une autre vie.

Premier roman de Jeff Zentner, The Serpent King m’a totalement fasciné (ah ah) dès le départ. Sa grande force, ce sont les personnages – extrêmement bien construits, extrêmement bien développés. J’ai ressenti d’emblée l’amitié qui les unissait tous les trois, ces liens qui les isolent d’un monde où ils ont beaucoup de mal à trouver leur place – Dill, avec la réputation de son père qui lui colle aux basques et cette culpabilité dont il ne parvient pas à se défaire; Travis et son amour pour la saga fantasy Bloodland, sous la coupe d’un père odieux et brutal; Lydia, esprit en constante ébullition, tiraillée entre son désir de quitter cette bourgade qui ne l’accepte pas et le regret de laisser ses amis derrière elle.

Nous trois contre le monde pourrait être un titre alternatif pour ce roman et c’est un sentiment qui ressort de chacune des phrases de ce bouquin. Personnellement, je me suis énormément attachée à chacun des trois points de vue, chacun me parlant d’une manière différente, me touchant par ses faiblesses, ses espoirs, ses démons. Et il en est question de démons, que ce soit dans les relations familiales, dans l’héritage légué par les générations précédentes ou encore dans l’ambition qui peut tout dévorer sur son passage.

J’ai aimé le fait que chacun des personnages confronte les autres à un moment donné, qu’ils n’aient pas peur de remettre en cause leur amitié, de la questionner, d’évoluer aussi et de faire évoluer les autres. J’ai adoré le fait qu’on parle d’harcèlement scolaire sans qu’on ait les scènes devenues quasi obligatoires d’humiliation générale, que ce soit dans les couloirs ou à la cafétéria du lycée, que la romance puisse se développer sans devenir guimauve ou omniprésente, étouffant par là les thèmes essentiels de ce roman.

The Serpent King n’est pas un roman qui vous épargne. La malédiction qui veut que je me retrouve à pleurer (en général dans un train) a encore frappé ! En même temps, si elle me fait découvrir de telles pépites, c’est une belle compensation. C’est un roman qui vaut la peine d’être découvert, qui m’a fait rire, verser des larmes, qui m’a touché et énormément ému.

C’est une très belle histoire d’amitié, de vie et définitivement, un gros coup de coeur 2016 !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s