Liste de lecture spéciale été

Comme vous avez pu le constater, je n’ai plus posté récemment de chroniques lecture, excepté dans le cadre d’une interview d’auteur. Moitié par paresse – je suis une grande flemmarde, même si certain(e)s ne me croient pas…- moitié car établir des listes thématiques quand l’occasion se présente, comme c’est le cas ici, me plaît beaucoup plus !

Vous êtes prêts ? Let’s go !

three_day_summer

Commençons par un titre VO qui fleure bon l’été, à savoir Three Day Summer de Sarvenaz Tash. Et pas n’importe quel été, puisque ce roman retrace le parcours de deux ados, un festivalier et une infirmière volontaire, en plein Woodstock! Je ne sais pas vous, mais moi, j’ai rarement croisé cette période en YA ! Vous voulez du rock n’ roll, une jolie romance et une furieuse envie d’écouter du Jimi Hendrix ? Ce roman est pour vous !

latour

J’en parlais hier, donc si vous avez manqué cet article, laissez-moi vous faire un topo : vous voulez frissonner ? Vous aimez les personnages dont on ne sait pas que penser, qui vous fascinent complètement dès la première page ? Plongez donc dans la Tour, une novella oppressante et à la fois libératrice – vous comprendrez ce que je veux dire 😉 – par Cécile Duquenne ! Et pour les réfractaires au numérique, sachez que la version papier arrive bientôt 🙂

more_happy_silvera

Attention, OLNI (Objet Littéraire Non Identifié – et c’est tant mieux) en approche ! Ce roman fait le buzz même avant sa sortie et nul doute qu’il arrivera bientôt chez nous en VF… Aaron Santo vit dans le Bronx, dans un appartement avec sa mère et son frère aîné, tous deux travaillant double depuis que leur père s’est suicidé dans la salle de bains. Heureusement, Aaron peut compter sur le soutien de sa copine, Geneviève, et de ses amis d’enfance. Mais l’arrivée d’un nouveau locataire, Thomas, dans leur immeuble, va tout bouleverser.

Vous pensez que ce roman est une « simple » histoire d’amour LGBT ? Franchement, vous êtes à mille lieues de ce qu’est réellement More Happy Than Not. C’est un roman qui commence doucement, et ce rythme convient parfaitement à la voix d’Aaron. Vous ne vous attendez certainement pas à ce qui va suivre – moi non plus, d’ailleurs ! J’ai été complètement surprise, voire bouleversée par ce qui arrive. C’est en tout cas une superbe réflexion sur le courage, l’acceptation de soi et l’amour sous toutes ses formes. A lire – et prenez des mouchoirs à côté de vous !

fanny_charlotte_bousquet

Une romance atypique et surtout le formidable parcours d’une jeune femme déterminée à suivre sa carrière d’actrice, voilà ce que nous offre Charlotte Bousquet avec Fanny. Fanny revient en France après avoir tenté sa chance aux Etats-Unis, décidée à décrocher le rôle dont elle rêve. Elle n’a certainement pas anticipé l’appel au secours d’une amie, ni même qu’elle devra affronter de vieux démons… J’ai beaucoup aimé ce roman, tout en justesse et en sensibilité, et servi par la superbe plume de Charlotte.

manifesto_interesting

Fini hier et je peux vous dire que ce roman m’a secoué ! The Manifesto on How to be Interesting – pas de VF à ma connaissance – retrace le parcours de Bree, dix-sept ans, une ado mal dans sa peau et déterminée à devenir écrivain. Mais après une nouvelle vague de refus pour son second roman et une discussion plus qu’alcoolisée avec son meilleur ami, Bree décide d’ouvrir un blog. Le but ? Y relater toutes les nouvelles expériences qu’elle est bien décidée à vivre…

C’est un roman qui vous secoue, qui vous fait rire aussi tout en abordant des thèmes qu’on a tous vécus adolescent – le harcèlement, la sensation de ne pas être à sa place, la jalousie envers les élèves « populaires », la volonté de changer. Il m’a renvoyé direct dans mon adolescence, où je ressemblais pas mal à Bree et j’ai été touchée par le parcours de cette jeune femme, qui se métamorphose… Pour le pire ou le meilleur ? Je vous laisse découvrir… Un roman et une auteur assurément à suivre !

pirates

Vous aimez de l’action, de l’aventure et chanter des airs de piraterie ? Ne cherchez pas plus loin, Les Pirates de l’Escroc-Griffe sont prêts à vous accueillir à bord ! C’est à une aventure palpitante, virevoltante et aussi sacrément pétaradante que Jean-Sébastien Guillermou, auteur à l’imagination débordante, vous convie avec ce premier tome, paru dans la collection Snark de Bragelonne (numérique + impression à la demande). Vous voulez en savoir plus ? Lisez donc l’interview de l’auteur ! 

behind_scenesdahlia-adler-under-the-lights

Et on va finir enfin sur un dyptique VO de Dahlia Adler, Behind the Scenes & Under the Lights, dont chaque tome peut se lire indépendamment (pour preuve, j’ai commencé par le deuxième…). Une auteur que j’ai découverte via Twitter, comme d’habitude, et qui m’a interpellé par son franc-parler et son humour, deux traits que l’on retrouve dans cette très chouette saga, qui suit deux meilleures potes, l’une, une étudiante modèle qui rêve d’intégrer l’unif de Columbia, l’autre, une actrice d’origine coréenne, qui est bien déterminée à tracer sa route à Hollywood. C’est frais, fun, romantique sans être guimauve et ça se dévore délicieusement bien !

Et voici pour mes suggestions de lecture ! N’hésitez pas à partager les vôtres 😉 Je vous souhaite en tout cas un super été comblé d’émotions livresques en tout genre… et on se retrouve lundi pour le dernier post de ce blog avant les vacances !

Bilan lecture Janvier/Février – 1e partie

Je me suis *enfin* décidée à prendre ce taureau par les cornes et à rédiger ce billet !

(Ou du moins sa première partie… Vu la taille que ce dernier risque de prendre, mieux vaut le couper en deux !)

Une fois n’est pas coutume, je vais commencer par la romance. Durant ce mois, j’en ai lu quatre, dont une historique et trois contemporains. L’occasion de découvrir la plume de Nalini Singh et je dois dire que je l’ai vraiment appréciée dans le contexte de sa série Rock Kiss !

prince_who_loved_meRock_addiction_singhrock_courtship_singhtendre_veillee_bailey

Je reviendrai certainement pour le 3e opus de cette série, qui sort ce mois-ci.

On continue avec la littérature francophone, où j’ai eu l’occasion de (re)découvrir de jolies plumes, comme celle de Léonora Miano, qui entre définitivement dans mon panthéon d’auteurs avec le puissant Sankofa Cry, celle d’Elise Fontenaille sans oublier ma chère Lise Syven !

3soeurs_fontenaille

Les trois soeurs et le dictateur, que j’ai lu dans le cadre de mon challenge We Need Diverse Books et dont vous pouvez retrouver la chronique ici

aubes_ecarlates_miano

Les aubes écarlates – Sankofa Cry, aka mon coup de coeur de janvier ! Mon avis ici

phenomenale_lise_syven

Phénoménale – tome 2 de la Balance Brisée de Lise Syven

4e de couv’

C’est la rentrée, il faut se remettre à étudier. Le collège, les profs, les pestes qui vous pourrissent la vie… Heureusement que Fatou et les copines sont là pour se changer les idées. Quant à Max, le voilà scotché à une nouvelle élève. Ce n’est pas qu’Elie soit jalouse (hum !) mais elle aimerait bien en savoir plus sur la nature de leur relation.

Elie a aussi d’étranges visions liées à la Balance Brisée… Elle doit vite progresser en magie : sa famille est peut-être en danger !

L’année s’annonce drôlement mouvementée…

Mon avis

J’avais beaucoup apprécié le premier opus Subliminale, j’avais donc hâte de retrouver Elie, Karl, Fatou sans oublier Mirza bien entendu ! En même temps, dans cet opus, il serait difficile de l’oublier… 🙂 Elie retrouve donc le collège, avec des bonnes surprises – sa meilleure amie, Fatou, avec laquelle elle est très liée – et de moins bonnes – Max, son copain, qui n’a donné aucun signe de vie durant l’été et qu’elle retrouve hyper protecteur envers la nouvelle élève, Elena. Ajoutez à ça une visite surprise de l’oncle Henri et d’étranges visions liées au secret de ses parents, la Balance Brisée… Elie a de quoi faire !

Ce que j’aime dans cette série, c’est que l’auteur ne prend en aucun cas ses lecteurs pour des truffes. Si les parents jouent bel et bien un rôle, les ados doivent se débrouiller seuls, face à des sujets qui peuvent être difficiles à aborder, comme le harcèlement scolaire. L’opus fait toujours la part belle à la diversité, avec notamment les différents types de magie. Mais le petit plus pour moi dans ce livre, c’est la relation frère/soeur entre Karl et Elie, qui se développe, s’affine… Inutile de vous dire que je me demande ce que l’auteur nous réserve dans le tome 3 !

En conclusion, un excellent second tome, sans temps mort, une série jeunesse que je recommande vivement !

Lecture #8 dans le cadre du challenge  twitter-25-pledge

Après une lecture que j’ai abandonnée car le style d’écriture ne me convenait vraiment pas…

young_world

Voici un OVNI littéraire – et ce dans tous les sens du terme ! – qui m’a beaucoup plu, j’ai nommé…

thehumans_haigg

The Humans (dispo en VF chez Hélium) par Matt Haig

Vous pouvez retrouver ma chronique ici ! 

Quelques lectures en demi-teinte, auxquelles je n’ai pas réussi à totalement accrocher, mais qui se sont révélées agréables et pleines de surprises !

hero_end_world_clairborne

A Hero at the End of the World par Erin Clairborne

Vous pouvez retrouver mon avis ici

Created with Nokia Smart Cam

Gracefully Grayson par Ami Polonsky

4e de couv’

Alone at home, twelve-year-old Grayson Sender glows, immersed in beautiful thoughts and dreams. But at school, Grayson grasps at shadows, determined to fly under the radar. Because Grayson has been holding onto a secret for what seems like forever: “he” is a girl on the inside, stuck in the wrong gender’s body.

The weight of this secret is crushing, but leaving it behind would mean facing ridicule, scorn, and rejection. Despite these dangers, Grayson’s true self itches to break free. Strengthened by an unexpected friendship and a caring teacher who gives her a chance to step into the spotlight, Grayson might finally have the tools to let her inner light shine.

Mon avis

Soyons clairs, ce bouquin avait tout pour me plaire : un thème qui entre directement dans mon challenge We Need Diverse Books, une belle écriture, un personnage principal qui porte un lourd secret… Bref, tous les ingrédients étaient réunis, et pourtant, la sauce n’a pris qu’à moitié. Peut-être parce que le rythme de l’intrigue était trop « paisible », même si elle ne manque pas de dénouements; ou que le personnage principal, Grayson, demeure un brin trop spectateur à mon goût (en même temps, à douze ans, vous me direz, c’est un peu logique). Néanmoins, en dépit de mes réserves, l’histoire m’a touchée : Grayson se rêve depuis longtemps en tant que fille. Il achète des T-shirts trop longs en imaginant qu’il s’agit de robes, il a le réflexe d’aller dans les toilettes pour filles, en bref il est déchiré entre ce qu’il est à l’extérieur et ce qu’il voudrait être.

L’occasion de franchir le pas, de révéler ce qu’il désire devenir lui est donnée lors d’un casting pour une pièce de théâtre, où Grayson auditionne… pour le premier rôle féminin. Et l’obtient. Ce qui n’est pas sans conséquences pour lui comme pour sa famille ou le professeur qui dirige la pièce. Le bouquin pose des questions intéressantes sur les thèmes de l’identité, de la liberté d’expression, de la relation professeur-élève et j’ai vraiment apprécié suivre le parcours de Grayson. Néanmoins, j’aurais aimé un peu plus de vie dans tout cela !

Lecture #9 twitter-25-pledge

On continue dans le YA, cette fois-ci avec un livre qui m’intriguait pas mal…

please_ignore_vera

Please Ignore Vera Dietz par A.S. King

Une auteur relativement peu connue en francophonie, mais déjà multi-primée Outre-Atlantique. Attention, ce roman va être difficile à chroniquer…

4e de couv’

Eighteen-year-old Vera’s spent her whole life secretly in love with her best friend, Charlie Kahn. And over the years she’s kept a lot of his secrets. Even after he betrayed her. Even after he ruined everything.

So when Charlie dies in dark circumstances, Vera knows a lot more than anyone—the kids at school, his family, or even the police. But will she emerge and clear his name? Does she even want to?

An edgy, gripping story, Please Ignore Vera Dietz is an unforgettable novel: smart, funny, dramatic, and always surprising.

Mon avis

Comme je le disais, un livre difficile à chroniquer. Non pas pour son potentiel, car il est très intéressant, mais j’en suis ressortie assez incertaine quant aux personnages. Je n’ai pas besoin de les aimer à tout prix pour m’intéresser à eux, en général, et le personnage de Vera m’a marquée. Néanmoins, je n’ai pas ressenti une immense empathie envers elle. Peut-être parce que la structure de l’histoire est assez hachée, entre flash-backs et changement de narrateur.

Vera est amoureuse depuis toujours de Charlie, son voisin, mais quand ils sortent enfin ensemble, rien ne se passe comme prévu. Un an plus tard, Charlie est mort et Vera, elle, cache un lourd secret qui menace de faire vaciller complètement son univers… ne vous attendez pas à une romance conventionnelle de teenagers, pas plus qu’à un livre feel-good. L’auteur n’hésite pas à aborder des thèmes très durs, comme l’alcoolisme, la maltraitance des enfants ou encore la drogue. L’histoire de Vera et de Charlie se révèle douloureuse, même si l’auteur évite de tomber dans le pathos ou le glauque.

Une relation que j’ai beaucoup aimée dans ce livre, c’est celle de Vera et de son père, traumatisé par la disparition de la mère et qui essaie de remonter la pente psychologiquement parlant. On voit à quel point ces deux maltraités de la vie s’entraident, s’engueulent aussi, mais comptent toujours l’un sur l’autre. Des moments très touchants, qui viennent éclairer l’histoire et lui donner un peu de lumière.

Bref, vous l’aurez compris, un roman qui ne laisse pas indifférent, qui marque et qui soulève des thèmes très sensibles. J’aurais aimé pour ma part ressentir davantage d’empathie avec la narratrice.

La suite de ce bilan tout bientôt !

Sur le grill : Cécile G. Cortes

En ce quatorze février, quel meilleur moment pour vous présenter l’auteur d’une romance ? Et une romance qui sort de l’ordinaire, d’ailleurs (Vous pouvez me faire confiance sur ce point-là, vu ma relation… compliquée avec la littérature sentimentale !)

la-pelote-d-epingles

Vous l’avez deviné, je parle bien de La Pelote d’Epingles de Cécile G. Cortes, parue depuis peu aux éditions du Chat Noir.

4e de couv’

De nos jours, l’existence des marraines fées est bien connue. L’une d’entre elles, Violette, est missionnée à Paris pour réunir deux tourtereaux : un chanteur pour midinettes et une couturière sans le sou. Mais sur place, rien ne se déroule comme prévu : les prétendants ne se calculent même pas ! Pire, le jeune homme craque pour les charmes de la fée qui doit pour la première fois gérer un problème de taille, pour lequel elle est parfaitement incompétente et inexpérimentée : ses propres émotions.

La pelote d’épingle est une romance acidulée aux accents rock qui met un bon coup de pied au joyeux petit monde des fées, princes charmants et innocentes princesses.

Et quelle personne mieux placée pour en parler que son auteur ? Surtout quand celle-ci a plus d’une corde à son arc !

1 ) Peux-tu te présenter en quelques mots ?
 
Cela dépend, est-ce que j’ai le droit de mentir déformer un peu ? 
Parce que j’avoue ne pas être très douée pour l’exercice, donc je suis bien tentée de dorer ma présentation à l’or 24 carats. Et oui, j’aime ce qui brille, une vraie fille… ce qui ne m’empêche pas de vivre en pleine campagne, au milieu des animaux (quand ce n’est pas les miens, c’est ceux des voisins… je me souviendrai longtemps du jour où j’ai découvert un bouc dans mon entrée…).
Je vis donc dans un lieu-dit très rural sans pour autant être loin de tout. Ce qui me convient à la perfection.
Je t’épargne le topo habituel sur la situation personnelle ou professionnelle, je suis trop ronde pour rentrer dans les cases usuelles et je ne crois pas que ce soit très intéressant.
Alors, que dire, que dire…
J’aime lire mais je suis hermétique à la poésie.
Je passe des heures à couper des tissus et coudre à la machine mais je suis nulle avec une aiguille entre les doigts.
Je tape au clavier avec une dextérité digne d’une bonne petite secrétaire des fifties mais colle-moi un vrai stylo et pfff, il n’y a plus personne.
J’aime le grand air et je passe mon temps enfermée avec mon PC.
J’adore voyager pourtant je ne bouge (presque) pas de chez moi.
Oups, j’ai un peu débordé, non ? Je m’arrête là !
 
2) Peux-tu nous décrire ton parcours auteur ?
 
Ce n’est pas une question facile, je suis presque tentée de répondre par la négative… J’aimerais pouvoir affirmer que j’ai toujours voulu écrire, ce serait un mensonge honteux (un de plus…).
En vérité, j’ai commencé à écrire par accident, à un âge où la plupart des jeunes auteurs… arrêtent, bouffés par leurs vies pro et perso. Au lieu de vite me lasser et de passer à autre chose, comme pour la plupart de mes lubies, je me suis mise à travailler sérieusement, si on peut dire : même si c’était pour moi une forme de loisir, j’ai voulu progresser, offrir à mes lecteurs des textes corrects, relus, corrigés. C’est comme ça que je me suis retrouvée embringuée dans la création du collectif CoCyclics.
Toute seule, je n’aurais sans doute pas fait grand-chose, avec l’aide d’auteurs rencontrés sur le forum, devenues depuis des amis, l’écriture a pris encore plus de place dans ma vie. J’essaye de ne pas me focaliser sur l’édition, cependant c’est difficile quand on est pris dans un tel torrent créatif. Cela n’a pas toujours été simple pour moi de me positionner dans mon relationnel à l’écriture, surtout concernant la publication. Je reste sujette au doute, avec des phases où j’abats des montagnes et d’autres où les copines me ramassent à la petite cuiller.
Mon parcours est donc à cette image, plutôt irrégulier. Par contre, il y a une constante à laquelle j’essaye de me tenir : depuis 2009, j’écris 1 roman par an.
Comme je suis, avec ça, affublée d’une muse à tendance hyperactive, j’ai potentiellement de quoi m’occuper pour la prochaine décennie. Sans problème !
 
3) Je sais, de source sûre, que tu es aussi passée du côté éditorial de la Force, notamment avec l’Armoire aux Epices et son fanzine « Piments et Muscades », dont le dernier numéro va bientôt être publié. Que t’a apporté cette aventure ?
 
Tout d’abord, de superbes rencontres et des amitiés précieuses.
De l’expérience, aussi.
Ensuite, un énorme respect pour les professionnels de l’édition.
Maintenant que j’ai une petite idée de certains aspects de leurs métiers, je m’aperçois à quel point il peut être difficile, voir ingrat.
Ce qui ne m’empêche pas de râler quand je prends des râteaux après mes soumissions de romans, question de principe !
Un exemple de couverture... Si vous voulez en savoir plus, dépêchez-vous !

Un exemple de couverture… Si vous voulez en savoir plus, dépêchez-vous !

 
4) Parlons d’une actualité plus joyeuse ! Ton roman, « La pelote d’épingles », va bientôt être publié aux éditions du Chat Noir. Peux-tu nous en dire plus ?
 
En fait, il est déjà publié ! (j’ai mis trop de temps à répondre à ces questions, désolée)
Ce roman est particulier, cher à mon coeur ; sa conception même a été un peu folle (méfiez-vous des excès de nounours à la guimauve).
Je n’aurais jamais cru qu’il serait mon premier roman publié, mais j’espérais vraiment qu’il le soit, comme quoi tout arrive !
 
L’idée même de « La pelote d’épingles » s’est imposée en recoupant plusieurs sources, le titre s’est imposé autant que les personnages principaux. Par contre, c’est un roman que j’ai pris le temps de préparer avant d’écrire, ce qui m’a permis de développer bien plus l’intrigue de fond que ce que la simple idée de départ laissait présager.
J’ai donc écrit la comédie romantique qui me faisait envie, avec une multitude de personnages tous plus attachants les uns que les autres… tout en dynamitant quelques clichés ou en les exploitant de façon honteuse et assumée.
« La pelote d’épingles » se déroule dans une réalité contemporaine, alternative à la nôtre. La seule différence, c’est que les créatures de contes de fées y existent et… qu’elles n’hésitent pas à mettre leur grain de sel dans notre existence. Ce qui donne des situations assez incongrues, quand une fée toute mièvre se retrouve face à de jeunes adultes qui ont, contrairement à elle, les pieds sur terre.
Le roman aborde aussi d’autres sujets, mais je laisse le soin aux lecteurs de le découvrir…
 
5) Une anecdote, un petit mot de la fin ?
 J’avoue que j’ai une crainte, une seule, suite à la publication de « La pelote d’épingles » : qu’une groupie fanatisée de One Direction ou de Justin Bieber tombe dessus. Cependant, j’avoue que ça ne m’empêche pas de dormir (ça devrait, peut-être ?).
S’il y a des fans dans la salle…
Merci à Cécile pour ces réponses, qui, je l’espère, vous auront donné envie de découvrir ce roman !

Wish-list de début 2015 – 1ere partie

Il y avait longtemps que je ne vous avais plus parlé wish-list, et comme en ce moment, j’ai l’impression que des cargaisons de livres tous plus alléchants les uns que les autres débarquent sur les réseaux sociaux – et en particulier Twitter – je me suis dit qu’il n’y avait aucune raison que je ne vous fasse pas profiter 🙂

Et comme celle-ci s’avère d’ores et déjà assez longuette, voici une première partie, entièrement consacrée aux publications francophones!

On va commencer par une suite sur laquelle je vais me précipiter dès qu’elle sera disponible, j’ai nommé…

phenomenale_lise_syven

Phénoménale, le tome 2 de la Balance Brisée, de Lise Syven, qui sortira en février 2015 chez Castelmore! J’avais beaucoup aimé le premier tome Subliminale, innovant et rafraîchissant, j’ai hâte de connaître la suite des aventures d’Elie et de Karl !

On quitte le domaine de la jeunesse pour un roman que j’ai déjà eu l’opportunité de lire, et dont je suis très curieuse de découvrir le produit fini ! C’est un premier roman et il s’agit de…

la-pelote-d-epingles

La pelote d’épingles de Cécile G. Cortes, à paraître le premier février aux éditions du Chat Noir! 

4e de couv’

De nos jours, l’existence des marraines fées est bien connue. L’une d’entre elles, Violette, est missionnée à Paris pour réunir deux tourtereaux : un chanteur pour midinettes et une couturière sans le sou. Mais sur place, rien ne se déroule comme prévu : les prétendants ne se calculent même pas ! Pire, le jeune homme craque pour les charmes de la fée qui doit pour la première fois gérer un problème de taille, pour lequel elle est parfaitement incompétente et inexpérimentée : ses propres émotions.

La pelote d’épingle est une romance acidulée aux accents rock qui met un bon coup de pied au joyeux petit monde des fées, princes charmants et innocentes princesses.

Pour l’avoir lu, je peux vous dire que ce roman ne manque pas de piquant ! ( Je sais, elle était facile)

Une autre sortie que là aussi, j’ai pu lire en avant-première – le privilège d’être bêta-lecteur! – c’est le roman suivant, là aussi un premier roman. Et puis admirez cette couverture !

redemption_berengere_rousseau

Rédemption de Bérengère Rousseau, à paraître – lui aussi ! – en février 2015 aux éditions du Riez.

4e de couv’

Quand un vieux médaillon et quelques documents anciens révèlent à Noâm les soupçons de collaboration qui pèsent sur son arrière-grand-père, son monde bascule. Comment accepter et vivre avec cette honte ? Il veut comprendre. Avec son meilleur ami, il se rend au Château de Noisy, là où son aïeul fut aperçu pour la dernière fois.

Sur place, ils sont victimes d’un éboulement. Ils se réveillent en 1944 à la veille de la Bataille des Ardennes. Noâm voit là l’occasion de restaurer l’honneur de sa famille, au risque de changer le cours de l’Histoire. Et si, justement, celle-ci avait déjà changé ?

Un roman combinant la Belgique comme lieu de l’action – pour une fois que cela arrive! – et une période historique qui m’a toujours vivement intéressée… I’m sold.

On demeure toujours dans le domaine du fantastique avec ce roman d’une amie de coeur et d’une grande plume, qui a signé entre autres la saga des Fedeylins et un de mes coups de coeur 2014, Ascenseur pour le Futur, j’ai nommé…

Le premier_nadia_coste

Le Premier de Nadia Coste, aux éditions Scrinéo, qui paraîtra au mois d’avril.

Une histoire d’amour, de vengeance et de mort à la fin du Néolithique… et une couverture qui fait méchamment flipper. Et puis, c’est signé Nadia Coste. Ca dit tout.

Je vous avais parlé aussi, dans mes belles découvertes 2014, de ce roman graphique paru chez Gulf Stream, Mots Rumeurs, Mots Cutter, c’est donc avec grand plaisir que je vois le duo Charlotte Bousquet & Stéphanie Rubini se former pour un troisième opus !

bullesblues_bousquet_rubini

Bulles & Blues, qui sortira toujours chez Gulf Stream Editeur, le 22 janvier!

4e de couv’

Soan et moi, on ne se parle plus du tout. Apparemment, je lui fais honte, je suis un gros boulet qu’il en a marre de traîner. Je m’en fous, il n’a qu’à rester avec ses nouveaux copains  du théâtre et baver devant Layla. Non. Ce n’est pas vrai. Je  ne m’en fous pas. Ça me fait mal. J’ai l’impression d’avoir  un trou à la place du cœur et je ne sais même pas à qui en  parler… 

Avouez que toutes ces sorties sont alléchantes!

Il y a aussi des publications qui titillent ma curiosité et au sujet desquelles je voudrais bien en savoir davantage, comme celle-ci de Camille Brissot, et puis il y en a d’autres, sur lesquelles je voudrais bien vous toucher deux mots mais il me faut encore garder le silence, faute d’annonce officielle… Croyez-moi, c’est frustrant.

Un indice ? Je vous dirais de guetter les sites/blogs suivants : Escroc-Griffe; celui de Silène Edgar; celui d’Agnès Marot & Cécile Duquenne (qui organise en ce moment d’ailleurs un super concours!)

Bien sûr, la liste est loin d’être exhaustive et nul doute que j’aurai l’occasion de vous reparler de plumes francophones… Rendez-vous la semaine prochaine pour la seconde partie de cette wish-list, consacrée cette fois-ci aux auteurs anglophones!

Bilan lecture – Décembre 2014

Hello les gens !

La reprise de ce blog aura lieu un peu plus tôt que prévu, je me suis dit que j’allais être courageuse et vous livrer mon bilan lecture du mois de décembre, histoire de bien commencer cette année !

Et justement – admirez la transition ! – en ce mois de janvier, tradition oblige, je vous souhaite mes meilleurs voeux. Que 2015 vous apporte plein de belles choses 😉

Au niveau lecture, je dois dire que décembre a été un mois assez tranché, avec soit des romans que j’ai adoré soit que j’ai abandonné après 40-50 pages. C’est rare que cela m’arrive, du moins à cette fréquence, heureusement les coups de coeur ont été nombreux, ça compense!

Le premier coup de coeur, c’est un roman dont je vous ai déjà parlé dans mon bilan 2014 – oui, je sais, comment mettre la charrue avant les boeufs… je m’organiserai autrement pour 2015 ! – un roman qui m’a fait vibrer, qui m’a touché avec son traitement juste et sensible de thèmes très durs, soyons clairs et qui contient aussi sa part de lumière, avec des histoires d’amitié & d’amour qui m’ont beaucoup émue (et vous savez pourtant que je suis difficile là-dessus !)

Ce premier coup de coeur, c’est…

The Truth About Alice by Jennifer Mathieu -- exclusive EW.com image

The Truth about Alice, par Jennifer Mathieu

YA – VO (niveau intermédiaire) – Contemporain

Un roman à plusieurs voix, dont le génie se situe dans le fait que l’on n’entend jamais celle d’Alice, le personnage autour duquel toute l’intrigue tourne. Car non contente d’avoir apparemment couché avec le quaterback le plus en vue du lycée pour ensuite tomber dans les bras d’un étudiant à l’unif lors d’une fête, Alice a aussi joué un rôle déterminant dans l’accident de voiture qui a coûté la vie au dit quaterback un mois après la fête.

C’est ce qu’on dit en tout cas. Et les rumeurs enflent, rendent la vie impossible à Alice, qui perd ses amis, sa popularité, qui se voit montrée du doigt par toute la ville sans que personne ne lui donne le bénéfice du doute. Personne ? Pas vraiment…

Vous l’aurez compris, Jennifer Mathieu dresse un portrait réaliste, sans concession d’une ado qui est victime de slut-shaming, qui se voit accusée et mise au pilori sans que personne ne prenne la peine de lui demander sa version de l’histoire. Les différents points de vue sont magistralement développés, depuis la reine du lycée et ex-copine du quaterback, jusqu’au meilleur ami de celui-ci en passant par Kurt, le loser (et laissez-moi vous dire qu’il s’agit là de mon POV favori !).

Un autre point de vue qui m’a beaucoup touché, c’est celui de la meilleure copine d’Alice, qui en fait la lâche très vite quand les rumeurs commencent à se propager. On pourrait croire qu’il s’agit de la garce de service – c’est ce que j’ai pensé au début – mais en fait, ce personnage se révèle d’une complexité séduisante, autant bourreau que victime elle-même.

Un premier roman à découvrir et j’espère qu’il sera vite traduit en VF !

Le second bouquin n’est pas un roman et il est toujours en cours – ce qui n’est pas grave car vu le contenu, on peut y revenir quand on veut ! Connaissant mon profond amour pour cette saga, vous vous doutez bien que je me devais de l’acquérir, n’est-ce pas ?

Il s’agit de…

Created with Nokia Smart Cam

The World of Ice & Fire, un magnifique ouvrage illustré par des artistes talentueux – dont Magali Villeneuve, qui me fait toujours baver avec ses créations ! – et qui raconte donc l’histoire de Westeros, des sept Royaumes, etc.

Et je peux vous dire que Mister Martin ainsi que les co-auteurs ont le chic pour nous expliquer l’histoire de Westeros – et des Targaryens ! – sans trop en dévoiler… (Pour les fans, si je vous dis Summerhall, vous voyez de quoi je veux parler!)

Juste pour vous faire baver un peu:

Created with Nokia Smart Cam

Created with Nokia Smart Cam

Avouez que ça en jette !

Sans être un coup de coeur, ce second roman m’a beaucoup plu, de part son côté frais, sa romance mignonne & sans guimauve et surtout sa narration. Car gérer une bonne dizaine de points de vue, dont ceux d’un écureuil et d’un banc, est quand même un fameux tour de force !

Je parle bien entendu de…

A_Little_Something_Different_for_sitejpg

A little something different par Sandy Hall

YA (même si les persos entament leur première année de fac ) – VO – Niveau accessible – Contemporain

Une histoire d’amour qui n’est pas narrée par les deux protagonistes, mais par leurs amis, leurs familles, le chauffeur de bus ou encore la femme du prof de fac, voilà un pari intéressant et que l’auteur a fort bien relevé. Alors, certes, l’histoire ne révolutionne pas le genre, mais pour ma part, j’ai vraiment aimé ce roman frais et mignon, qui ne tombe ni dans la guimauve ou le mélo, qui donne envie de sourire et de rire d’ailleurs – certains passages & points de vue sont juste très drôles! – bref qui m’a donné la pêche ! Franchement, vous avez envie d’une lecture doudou ? Jetez-vous dessus!

Le deuxième coup de coeur roman n’est pas vraiment une surprise. J’avais adoré les deux premiers tomes, il s’agit de l’une de mes plus belles découvertes 2014, et je pense d’ailleurs que cette série m’a définitivement pourri en ce qui concerne les décors à la Jane Austen (comprenez que je vais tout le temps faire la comparaison!). C’est drôle, c’est frais et férocement intelligent, c’est deux coups de coeur en un (vous allez comprendre), c’est…

stolen_magic

Courting-magic-cover-460

Le troisième et dernier tome de la série « Kat Incorrigible » , Stolen Magic, et la novella qui se passe quelques années plus tard, Courting Magic par Stephanie Burgis.

Si vous voulez en savoir plus sur cette série, je vous renvoie aux deux parties de mon bilan lecture 2014. Que vous dire sur ce tome 3 – sans spoiler – et cette novella sinon qu’ils ont encore renforcé mon attachement pour Kat, l’héroïne de cette série qui n’a pas sa langue en poche sans pour autant être une casse-cou, sa famille qui est juste adorable, avec leurs défauts et leurs manies, et bien sûr, les défis que doit relever Kat pour se montrer digne de son héritage magique ?

Plutôt que vous en parler ad vitam eternam, je vais plutôt vous conseiller de vous jeter dessus sans attendre – les deux premiers tomes existent en VF – et de découvrir Kat ! Je parie que comme moi, vous aurez tôt fait de l’adopter.

Cerise sur le gâteau, l’auteur va sortir un nouveau roman, cette fois-ci pour un public plus adulte, dans le domaine de l’opéra ! je peux vous dire que je sera en tout cas au rendez-vous.

Un changement radical de genre pour la prochaine lecture, très sexy – pas pour rien que c’est classé dans le rayon érotique – et touchante à la fois, j’ai nommé…

take_ella_frank

Take d’Ella Frank

VO – Romance M/M – Niveau intermédiaire (pas mal de slang) – Contemporain

Et oui, je peux vous dire que la couverture est parfaitement à la hauteur du roman! 🙂

J’avais beaucoup aimé le premier tome Tryet comme ce dernier finissait quand même sur un cliffhanger, je me suis donc plongée dans la relation entre Tate et Logan avec grand plaisir ! Le moins qu’on puisse dire, c’est que l’auteur a le chic pour ne pas nous laisser un moment de répit. Entre scènes hot, scènes tendres et scènes où tu as envie de boxer un des persos – médaille d’ailleurs à la famille de Tate, que j’aurais volontiers frappée – je n’ai pas lâché ce tome 2 avant de connaître la fin ! J’ai aimé le fait que l’auteur aborde des sujets comme l’intolérance, la pression exercée par la société, etc sans pour autant tomber dans le mélo ou le pathos. Idem pour les persos, qui restent fidèles à eux-mêmes, avec leurs défauts, leurs manies et leur peur du changement. J’ai hâte de découvrir le tome 3 !

Un autre coup de coeur pour une auteur que j’ai découverte avec ce roman, avec une couverture que je trouve parfaitement réussie d’ailleurs, c’est…

cuckoo_song_Hardinge

Cuckoo Song par Frances Hardinge

VO – YA/MG (entre les deux) – Niveau élevé – Fantastique

Comment écrire un roman mettant en scène les changelings sans écrire une seule fois ce mot dans tout le roman ? C’est le pari relevé avec beaucoup de brio par l’auteur. Je vous mets au défi de lire ce roman sans être une seule fois ému par le personnage de Triss. Triss, qui se réveille un beau jour avec de vagues souvenirs d’une vie qui ne semble pas (plus?) lui appartenir, une faim dévorante et la sensation de ne pas être à sa place… Pire encore, des ciseaux l’attaquent, les poupées semblent lui en vouloir pour une raison inconnue et une voix n’arrête pas de lui souffler à l’oreille « Sept jours ».

Je ne savais pas à quoi m’attendre avec ce roman, je l’ai pris sur une recommandation (again!) des Book Smugglers et je ne l’ai en aucun cas regretté. Ce roman, qui inscrit les traditions féeriques dans le cadre des années folles (1920), est tout simplement brillant. Par ses personnages, par son intrigue, par l’univers exploré et surtout par son style ! C’est bien simple, je pourrais en parler pendant des heures, tant le coup de coeur a été immense.

Je n’ai qu’une seule envie, c’est qu’il puisse être traduit en VF et que vous tous puissiez découvrir ce véritable petit joyau !

Un autre gros coup de coeur pour un roman, qui a fait parler de lui récemment, grâce notamment à l’adaptation ciné – que je n’ai pas encore vue – c’est…

les_apparences_flynn

Les apparences de Gillian Flynn

Thriller psychologique – VF (et brillamment traduit!)

Vous savez, ces romans qui vous assènent soudain une claque magistrale quand vous vous y attendez le moins ? Et qui, cerise sur le gâteau, vous offrent un point de vue soudain complètement différent sur ce que vous venez de lire ?

C’est ce qui m’est arrivé avec Les apparences, l’histoire d’un couple à première vue sans histoire et dont la femme disparaît soudainement… L’époux ne tarde guère à être soupçonné. A tort ou à raison ?

Mais Les Apparences, c’est bien plus qu’un thriller tournant autour d’une disparition. C’est sarcastique, ça met en pièces les clichés et stéréotypes, ça égratigne jusqu’au sang les conceptions traditionnelles autour du couple et de la famille, ça joue avec nos nerfs et ça nous torture joliment jusqu’à la fin.

C’est noir, c’est vénéneux et c’est complètement addictif. Je ne pensais pas aimer autant et je peux vous dire que j’ai été soufflée, époustouflée, complètement chamboulée par ce roman. De la très belle oeuvre et franchement, si vous êtes passés à côté de ça, rattrapez-vous vite !

L’expérience m’a tellement plu que j’ai récidivé avec un autre roman de l’auteur, à savoir…

sur_ma_peau_flynn

Sur ma peau de Gillian Flynn

VF – Thriller

Un roman auquel j’ai moins accroché, et c’est en grande partie dû à la narratrice, mais qui m’aura en tout cas beaucoup plus troublée par son traitement que Les Apparences. En fait, pour être honnête, ce roman s’est avéré beaucoup plus monstrueux  à mon sens que le best-seller de Flynn. Si on retrouve le même cadre – une petite ville paisible en apparence, dans le Missouri – en revanche, la narratrice, Camille, une journaliste qui végète à Chicago, m’a beaucoup perturbée. Et ce sentiment s’est encore amplifié quand on découvre le coupable des deux meurtres de petites filles.

Du coup, pour me remettre, j’ai été piocher une lecture doudou dans ma bibliothèque et je suis tombée sur…

bois_eternels_vargas

Dans les bois éternels de Fred Vargas

Roman policier

J’aime la plume de Vargas, j’aime Adamsberg et sa petite bande, j’aime ces intrigues à tiroirs, j’aime l’humanité qu’elle donne à ses personnages, bref il est facile de comprendre pourquoi c’est une de mes lectures doudou ! C’est toujours un vrai plaisir que de lire cette auteur, qui en plus, nous revient avec un nouvel opus cette année !

Ce bilan ne serait pas complet si je n’évoquais pas les abandons que je mentionnais plus haut. On retrouve parmi ceux-ci

graudin_fuir_la_citadelle

les100

selection cvr

branded

Voilou ! Et vous, qu’avez-vous lu de beau en décembre ?

Sorties, vous avez dit sorties ?

Je parlais dans mon précédent article de mes potes, et bien entendu, bon nombre d’entre eux sont auteurs aussi ! J’ai donc décidé de faire un petit florilège des sorties qui me font envie et écrites – je peux le dire  – par des plumes de talent!

On va commencer par une autrice épatante, une lady en toutes circonstances, j’ai nommé ma très chère Lise Syven! J’avais beaucoup aimé le premier tome de sa saga jeunesse La Balance Brisée, Subliminale de son petit nom, aussi j’ai eu l’immense plaisir de découvrir la couverture du tome 2, intitulé Phénoménale, et qui sortira en février.

Admirez plutôt…

phenomenale_syven

N’est-elle pas juste sublime ? Je peux vous dire que j’ai hâte de retrouver Elie et les autres!

Et toujours chez Castelmore, une autre sortie que j’attends avec impatience, c’est celle du Jour Où… de Paul Beorn, co-auteur de 14-14 avec Silène Edgar. Là aussi, on en prend plein les mirettes…

Jour_Beorn

Vous voulez savoir de quoi ça parle ? Rendez-vous ici

Et en parlant de Silène Edgar, avez-vous déjà eu l’occasion de découvrir son dernier-né dans la collection numérique Snark, toujours chez Bragelonne?

feelure_edgar

Vous pouvez découvrir le résumé ici . Je peux vous dire qu’il sera dévoré très prochainement sur ma liseuse!

Deux autres sorties numériques signées du même auteur, ce sont celles de Marie-Catherine Daniel, d’abord pour le premier tome de La maison des Vosges, intitulé le Loupiot, chez Numeriklivres

maison_vosges

Et aussi dans la collection Emma chez Milady

rose-the_gris_souris

Pour les avoir lus tous les deux – vous pouvez découvrir mon avis sur le dernier ici – je peux vous dire que ce sont de très bonnes lectures qui vous attendent.

Dans un registre plus jeunesse cette fois-ci, voici le tout dernier opus de ma chère Agnès Marot, j’ai nommé Le Secret des Bois-Noirs chez Imaginemos! 

le secret des bois noirs petit

Et puis il y a ces parutions prochaines qui n’ont pas encore de couverture ou qui ne sont pas encore annoncées, mais… Vous voulez un indice ? Suivez donc les blogs d’ Earane; N.B. Coste ou encore Vanessa Terral et beaucoup d’autres dont j’aurai l’occasion de vous reparler bientôt!

Bilan lecture du mois de septembre

Prêts pour ce RDV mensuel ? Allons-y !

On va commencer – malheureusement – par des déceptions, qui concernent toutes deux la même série, à savoir « Rush » de Phillip Gwynne. J’avais bien aimé le premier tome, intitulé « Dette de sang ».

Rush1DettedeSang

Le pitch ? Un jeune Australien de 15 ans, Dom Silvagni, dont la passion est la course à pied, se voit révéler un terrible héritage le jour de son anniversaire. Sa famille a contracté une dette mystérieuse envers la Mafia et celle-ci exige son dû, à savoir une série de contrats à exécuter par chaque membre masculin de la famille dès ses 15 ans. C’est au tour de Dom de rembourser cette dette.

Malheureusement, je n’ai pas retrouvé l’enthousiasme du début en ce qui concerne les tomes 2 et 3 « Nuit Noire » et « Puzzle Mortel« . J’ai préféré donner sa chance à la série, mais cette fois-ci, j’arrête les frais !

C_Rush-T2-Nuit-noire_5933

rush3

On continue avec deux (oui, encore!) jolies découvertes, francophones celles-ci, qui concernent les romances M/M (donc homosexuelles, si vous ne connaissez pas l’appellation) et publiées chez Laska.

D’abord « Le correspondant inattendu » de Viviane Faure

LeCorrespondant_petit

4e de couv’ : 

Maël étudie l’allemand à Rennes. La fin de semaine, il retrouve ses parents, la petite ville où il a grandi ainsi qu’une amie d’enfance. Celle-ci, encore au lycée, accueille en ce moment un correspondant de Hambourg, et elle n’hésite pas à réquisitionner Maël pour qu’il lui tienne compagnie. Un service dont le jeune homme ne se doute pas encore des conséquences…

Quelques jours plus tard, Thomas fugue. Seul dans un pays étranger, il se tourne vers la seule personne en qui il a confiance pour ne pas le juger : Maël.

Mon avis:

Ah cette nouvelle est croquignolette – oui, vous ne lirez pas souvent cet adjectif chez moi, donc profitez-en ! – et très bien écrite. Le ton est juste, entre l’agacement que ressent au début Maël, obligé de tenir compagnie à une amie et à son correspondant allemand, l’amitié qu’il ressent peu à peu pour Thomas et enfin l’intimité qui se noue entre les jeunes gens quand, à la suite d’un incident, Thomas fait une fugue et se retrouve chez Maël. Un bel équilibre entre sensualité et douceur, bref j’ai passé un très bon moment avec cette histoire!

Deuxième nouvelle M/M et cette fois-ci, on monte de plusieurs crans au niveau de la sensualité avec…

4ans_petit

« 4 ans, 2 mois, 18 jours » de Valéry K. Baran !

Quatrième de couverture:

Quatre ans, deux mois et dix-huit jours. C’est le temps qui s’est écoulé depuis que Yohan a rencontré Thomas pour la première fois. Une première fois inoubliable, suivie de nombreuses autres… mais aussi de disparitions, de silences. Jamais d’aucune déclaration, d’aucun engagement.

Ce soir, alors qu’il erre dans un club gay de Paris, Yohan est surpris de retomber sur son ancien amant. Et incertain de l’attitude à adopter. Peut-il se satisfaire d’une nuit de passion brute alors qu’il a si longtemps espéré davantage ?

Mon avis:

Un texte qui ne plaira sans doute pas à tout le monde, car le côté romantique ici n’est pas largement présent. En revanche, l’UST (comprenez Unresolved Sexual Tension = Tension Sexuelle non résolue) est parfaitement dosée ! J’ai beaucoup aimé le style de l’auteur, très sensuel sans tomber dans le vulgaire ou la surenchère. Une nouvelle qui nous entraîne dans la relation pour le moins compliquée entre Yohan et Thomas, où le coeur et l’attirance physique tour à tour s’opposent et se complètent. Un petit rayon de « happy end » à la fin, assez discret mais qui m’a aussi plu!

Très belle découverte pour ma part.

On quitte le domaine de la romance (quoique…) mais pas celui du LGBT, avec…

Created with Nokia Smart Cam

« Starring Kitty » de Keris Stainton !

(Niveau abordable en VO)

4e de couverture:

Sometimes the greatest love stories happen behind the scenes… 
Kitty’s keeping secrets. Like how she’s struggling to cope with her mum’s illness. And how she’s falling for the girl with the purpley-red hair… A fun film competition with her friends Sunny and Hannah seems like the perfect distraction. But then Dylan wants to be more than Kitty’s secret. Is Kitty ready to let her two worlds meet or will she risk losing Dylan forever?

 Mon avis:

Comme je le disais, on ne quitte pas le domaine LGBT, puisque le personnage principal de ce joli roman, destiné aux 14 ans et plus, n’est autre que Kitty, jeune fille qui se découvre des sentiments pour une voisine de sa grand-mère, Dylan. Mais comment savoir si Dylan a des sentiments pour elle aussi? Comment le dire à ses amies, à ses parents? Comment aussi affronter le regard des autres? C’est une belle histoire que nous conte ici Mrs Stainton, avec sensibilité et justesse. Le thème du « coming-out » et de la première relation de Kitty est le pivot de l’histoire, mais pas seulement. « Starring Kitty » parle aussi de l’amitié, avec les meilleures amies de Kitty, Sunny et Hannah, qui auront droit chacune à leur propre volume; des relations parents/enfants, qui sont ici compliquées par la maladie, vu que la maman de Kitty est atteinte de MS (sclérose en plaques); de diversité (et pas seulement pour le côté LGBT), par ex. Sunny est musulmane, porte le foulard et s’efforce de respecter les traditions de sa famille, ce qui n’est pas toujours facile au quotidien; Du côté d’Hannah, elle est en pleine déroute sentimentale et familiale, ce qui influe sur le cours de l’histoire.

J’ai aimé le fait que Mrs Stainton ne porte pas de jugement sur ses personnages, qu’elle les laisse faire ses propres choix et qu’elle laisse à son lecteur l’espace pour se faire sa propre opinion. Le style est aussi à noter, car l’auteur n’hésite pas à insérer plusieurs mots d’argot « adolescent » dans un style aéré et fluide… et ça marche parfaitement (ça m’aura permis aussi de découvrir de nouveaux acronymes!) Bref, un roman à conseiller franchement, quel que soit l’âge. A ma connaissance, aucune VF n’est prévue pour le moment.

On continue avec une déception (et je déteste enchaîner de cette manière, malheureusement pas le choix) avec…

earth_girl_edwards

« Earth Girl » de Janet Edwards

VO à réserver pour les lecteurs aguerris, vu le contexte SF.

Quatrième de couverture:

2788. Only the handicapped live on Earth. While everyone else portals between worlds, 18-year-old Jarra is among the one in a thousand people born with an immune system that cannot survive on other planets. Sent to Earth at birth to save her life, she has been abandoned by her parents. She can’t travel to other worlds, but she can watch their vids, and she knows all the jokes they make. She’s an ‘ape’, a ‘throwback’, but this is one ape girl who won’t give in.

Jarra invents a fake background for herself – as a normal child of Military parents – and joins a class of norms that is on Earth to excavate the ruins of the old cities. When an ancient skyscraper collapses, burying another research team, Jarra’s role in their rescue puts her in the spotlight. No hiding at back of class now. To make life more complicated, she finds herself falling in love with one of her classmates – a norm from another planet. Somehow, she has to keep the deception going.

A freak solar storm strikes the atmosphere, and the class is ordered to portal off-world for safety – no problem for a real child of military parents, but fatal for Jarra. The storm is so bad that the crews of the orbiting solar arrays have to escape to planet below: the first landing from space in 600 years. And one is on collision course with their shelter.

Mon avis:

Un bouquin qui promettait beaucoup, mais qui au final, s’est révélé une amère déception… Nous sommes en 2788 et l’humanité a découvert depuis longtemps la colonisation spatiale, grâce au système de portails qui permet un voyage instantané vers d’autres planètes. La Terre est devenue le refuge d’une poignée d’hommes et de femmes, parmi lesquelles les « apes » (comprenez des singes). C’est par ce mot péjoratif que l’on désigne ceux dont le système immunitaire refuse tout voyage par les portails. Jarra est née avec une telle déficience et par conséquent, ses parents l’ont abandonné sur Terre dès sa naissance. Conclusion, la jeune fille a pas mal de rancoeur et d’hostilité à leur égard, mais aussi envers tous ceux qui peuvent se déplacer à leur gré de planète en planète. Au moment de choisir ses futures études, elle décide donc contre toute attente de rejoindre une classe d’exos (comprenez ceux qui viennent d’autres planètes) étudiant le passé de l’humanité sur la Terre. Et pour mieux les duper, elle décide de s’inventer un passé de fille de militaires. Un mensonge qui va en entraîner d’autres, bien plus importants…

Comme je le disais, le bouquin commençait bien. Il est dominé par Jarra, une jeune fille déterminée à être considérée de la même manière que les exos et qui monte un plan assez rocambolesque pour y parvenir. Le contexte est passionnant aussi: le fait de découvrir comment l’humanité évolue selon la planète qu’elle colonise, quels évènements ont provoqué l’exil de la Terre et les conséquences de cette colonisation (telles que les tempêtes scolaires). Bon, on aurait pu aisément se passer de plusieurs passages, mais dans l’ensemble, l’univers est passionnant.

Malheureusement, le reste ne suit pas. D’abord Jarra. Je m’attendais – forcément – à des difficultés pour elle afin de s’intégrer dans cette classe d’exos et il y en a. Mais trop peu. Et tout est résolu beaucoup trop facilement. Tout le monde reconnaît son mérite, sa bravoure, son expérience, son empathie, etc…. Ai-je besoin de continuer? A tel point que je me suis demandé si le personnage ne frôlait pas le syndrôme de la Mary-Sue. Et je ne parle même pas du retournement de situation au beau milieu du bouquin, avec une amnésie aussi sélective que peu crédible…

Quant à l’intrigue… Hé bien, j’ai toujours attendu qu’elle démarre ! Car oui, nous avons des épisodes assez stressants, intéressants aussi (notamment au niveau des fouilles), mais qui ne font en rien progresser l’histoire. Et bien sûr, dans chacun de ces épisodes, nous avons Jarra mise en vedette. Et qui au final, décroche non seulement la reconnaissance attendue, mais aussi l’estime de tous et bien sûr le « love interest ». Point personnel, mais qui a fini par profondément me déranger, l’admiration sans bornes de l’auteur pour les forces militaires et leur état d’esprit. Des gens tellement portés au sacrifice de soi pour le bien-être des autres qui, même s’ils détiennent des armes puissantes entre les mains, ne seraient jamais tentés par une prise de pouvoir. Et bien sûr, qui acceptent Jarra comme l’une des leurs, sans aucune remarque sur son statut de « ape ». Stop, n’en jetez plus, la coupe est pleine!

Cerise sur ce gâteau bien peu goûteux, le fait que l’auteur refuse ou passe outre le côté émotionnel de plusieurs scènes, qui auraient apporté un « plus » non négligeable selon moi. Bref, la déception est amère avec ce premier tome.

On passe (heureusement!) à mon coup de coeur du mois, j’ai nommé l’époustouflant et subversif…

bloodofmyblood

« Blood of my Blood » de Barry Lyga, la conclusion de sa trilogie  » I hunt killers » !

Niveau confirmé en VO, notamment pour l’argot employé.

Si vous ne connaissez pas encore cette série… MAIS QU’ATTENDEZ VOUS ????

Parue en VF chez MSK, je dois dire qu’elle m’a fasciné dès le premier tome, qui donne déjà le ton avec son titre « I hunt killers » (je chasse les tueurs) et qui met en scène Jasper « Jazz » Dent, un ado au lourd passé, vu qu’il est le fils d’un des tueurs en série les plus célèbres des Etats-Unis, Billy Dent, derrière les barreaux quand l’intrigue commence. Et pourtant, quand des crimes secouent la bourgade de Lobo’s Nod, d’où les Dent sont originaires, Jazz soupçonne tout de suite son père. Un père qui n’a qu’une idée en tête: que Jazz accomplisse enfin son destin, ce pourquoi Billy l’a élevé, devenir un serial killer à son tour.

Vous pouvez lire ma chronique du tome 1 et celle du tome 2 sur Callioprofs.

J’étais tellement impatiente que je me suis ruée sur le tome 3 dès sa sortie en VO (la VF est prévue début 2015 chez MSK). Et laissez-moi vous dire, elle est à la hauteur, sinon plus, des deux premiers tomes! Je vas essayer d’y rendre justice, sans pour autant vous spoiler… Comme dans les deux premiers tomes de la série, on retrouve ce mélange de noirceur, largement équilibré par une bonne dose d’humour -Howie, le copain hémophile de Jazz, étant le roi en la matière! – et une intrigue aussi haletante, qui fat la part belle à l’amitié entre Jazz, Howie et Connie, la copine de Jazz. Une amitié qui sera mise à très rude épreuve, vu les épreuves qui attendent chacun des trois ados. Jazz, en premier lieu, confronté à son héritage plus que sanglant et qui va découvrir que le vrai monstre n’est pas forcément celui qu’il croit; Howie, qui se débat avec sa culpabilité relative au tome 2 et dont la loyauté envers Jazz va être testée à maintes reprises; Connie enfin, dont la curiosité l’entraîne droit dans la gueule du loup, mais qui n’a besoin d’aucun héros pour se sauver (et puis-je crier YES! rien que pour ce personnage? Oh YES I can!)

Oui, c’est sombre, c’est sanglant, c’est cruel, mais cette saga fait aussi la part belle à ce qui est important, à savoir l’humanité que nous portons tous en nous. J’ai adoré du début à la fin et je dis un grand bravo à l’auteur ! A découvrir absolument, si vous ne l’avez déjà pas fait !

On passe à une jolie découverte, à savoir le premier tome de la nouvelle saga de Lauren DeStefano, à savoir…

perfect-ruin

« Perfect Ruin », premier tome des Internment Chronicles !

Niveau intermédiaire en VO

4e de couv’

On the floating city of Internment, you can be anything you dream, unless you approach the edge.

Morgan Stockhour knows getting too close to the edge of Internment, the floating city and her home, can lead to madness. Even though her older brother, Lex, was a Jumper, Morgan vows never to end up like him. There’s too much for her on Internment: her parents, best friend Pen, and her betrothed, Basil. Her life is ordinary and safe, even if she sometimes does wonder about the ground and why it’s forbidden.

Then a murder, the first in a generation, rocks the city. With whispers swirling and fear on the wind, Morgan can no longer stop herself from investigating, especially once she meets Judas. Betrothed to the victim, Judas is being blamed for the murder, but Morgan is convinced of his innocence. Secrets lay at the heart of Internment, but nothing can prepare Morgan for what she will find—or whom she will lose.

Mon avis:

J’avais découvert cet auteur par sa trilogie du « Dernier Jardin » parue en VF chez Castelmore (mon avis sur le tome 1 & tome 2, je vais bientôt me mettre au tome 3) et je dois dire que j’ai retrouvé des points communs entre ces deux trilogies.

Morgan vit donc dans Internment – imaginez une ville indépendante, naviguant dans le ciel par des moyens assez mystérieux d’ailleurs – gouvernée par son roi et entourée par une ligne de train (oui, moi aussi, ça m’a fait penser à Divergente, mais cette fois-ci, on comprend pourquoi le train fonctionne!). Morgan vit dans une famille en apparence unie: le père garde de sécurité, un des postes les plus en vue dans l’île; la mère, femme au foyer et le frère habitant avec son épouse juste au-dessus de leur appartement. Dans ce tableau somme toute ordinaire, où le train-train confortable de Morgan s’inscrit, des lézardes ne tardent pas à apparaître: la mère développe une addiction aux médicaments, le père ment à sa fille et le frère est devenu aveugle depuis qu’il s’est trop approché du vide… Des lézardes qui deviennent des abysses quand le premier meurtre survient dans cette société qui est gérée de telle manière à éviter de pareilles catastrophes (des contrôles stricts des gardes, des enfants fiancés dès leur plus tendre enfance, etc): celui d’une étudiante, retrouvée égorgée sur les rails. On ne tarde pas à pointer du doigt Judas, le fiancé de la victime. Mais qu’en est-il réellement?

L’écriture de Ms DeStefano est à son habitude, précise et poétique. Je retrouve le style si particulier qui m’avait frappé dès le premier tome du Dernier Jardin. J’ai aussi retrouvé en Morgan le même désir de liberté, la même détermination qui agite Rhine dans le « Dernier Jardin ». Et la société qui paraît si parfaite de prime abord dans Internment tourne peu à peu en dictature effroyable. Pour autant, personnellement, j’aurais justement en savoir plus sur la manière de fonctionner d’Internment. Déjà comment se propulse-t-il dans les airs? Question toute bête, mais qui a son importance vu le tour que prend l’intrigue. Aussi, qu’est-il réellement arrivé à ceux qui se sont approchés du précipice? Là aussi, l’auteur élude, nous fait sentir que des réponses seront peut-être données dans la suite, etc. J’ai beaucoup aimé la relation de Morgan avec sa famille, toute aussi dysfonctionnelle qu’elle est, et en particulier avec son frère, frappé de cécité. Et je rassure ceux qui redouteraient le triangle amoureux à la lecture du 4e de couv’, il n’y en a pas. Du moins, pas pour le moment! Bref, une jolie découverte que ce premier tome, qui ne sera pas un coup de coeur en raison de l’absence de certaines réponses et d’un côté un peu classique de l’intrigue. Mais je serais certainement au RDV pour la suite intitulée « Burning Kingdoms » et qui sort début 2015.

Un livre qui ne relève ni de la SFFF, ni du YA, et qui m’a enchanté, c’est…

The-atlas-of-us-pb-font-675x1024

« The Atlas of Us » par Tracy Buchanan !

Niveau en VO intermédiaire

4e de couv’:

How far would you go for the one you love the most?

When Louise Fenton flies to Thailand to find her mother after the Boxing Day tsunami, she fears the worst when the only trace she can find is her mother’s distinctive bag. In the bag is a beautifully crafted atlas owned by travel journalist Claire Shreve, the mementos slipped in-between the pages charting her struggle to find her place in the world following a life-altering revelation, and a tumultuous love affair.

Louise treks across Thailand’s scarred landscape, exploring Claire’s atlas to try to make sense of the connection between this woman and the mother she is so desperate to find.

As devastated people are beginning to put their lives back together, Louise uncovers the secrets that nearly destroyed Claire and the man she loved – the same secrets her mother has been guarding all these years …

Mon avis:

Un roman dont j’ai entendu parler sur Twitter – again – et qui m’a d’abord séduit par sa couverture (n’est-elle pas magnifique?)

Louise, qui n’a plus parlé depuis deux ans à sa mère, part à sa recherche en Thaïlande, peu après le tsunami de 2004. Elle laisse ses deux petites filles, son mari workaholic et qui ne la comprend plus vraiment, pour atterrir dans un pays dévasté, au milieu des cadavres bouffis et des proches éplorés. Dans sa quête, elle est heureusement aidée par Sam, un volontaire britannique, qui l’emmène dans un temple. C’est là qu’elle retrouve le sac de sa mère et dedans, un atlas intitulé « The Atlas of Us » (comprenez Notre Atlas) et appartenant à une inconnue, Claire Shreve. Qui est-elle ? Quel est le lien entre les deux femmes? Et surtout, pourquoi sa mère détenait-elle ce livre? C’est ce que Louise va essayer de comprendre en parcourant l’atlas…

Un livre qui donne non seulement envie de voyager, mais qui en plus vous embarque dans son sillage, voilà qui n’est pas donné à tout le monde. Et c’est le pari que Tracy Buchanan réussit haut la main. Par la double intrigue – celle de Louise et celle de Claire, qui finissent par se réunir de manière surprenante, mais logique – elle nous entraîne des paysages enneigés de Finlande jusqu’à l’arrière-pays aride australien. Mais cet « Atlas of us » n’est pas seulement un périple à travers le monde, c’est aussi et surtout une belle réflexion sur des sujets sensibles comme l’infertilité, l’hérédité ou encore la vie qu’une femme devrait mener selon les normes de la société. Dans ce cadre, j’ai vraiment aimé l’évolution de Claire, une femme blessée au départ, fragile, qui se laisse entraîner dans une histoire passionnée sans pour autant oublier qui elle est et ce qu’elle veut (un trait trop souvent oublié à mon goût ) Pour un premier roman, c’est un pari réussi haut la main et je suis curieuse de voir les prochains ouvrages de cette auteur.

On clôture ce bilan par une relecture de l’avant-dernier tome paru d’une de mes séries de fantasy urbaine préférées, j’ai nommé…

chimes_midnight

« Chimes at Midnight » par Seanan McGuire !

4e de couv’ : 

Things are starting to look up for October « Toby » Daye. She’s training her squire, doing her job, and has finally allowed herself to grow closer to the local King of Cats. It seems like her life may finally be settling down…at least until dead changelings start appearing in the alleys of San Francisco, killed by an overdose of goblin fruit.

Toby’s efforts to take the problem to the Queen of the Mists are met with harsh reprisals, leaving her under sentence of exile from her home and everyone she loves. Now Toby must find a way to reverse the Queens decree, get the goblin fruit off the streets—and, oh, yes, save her own life, since more than a few of her problems have once again followed her home. And then there’s the question of the Queen herself, who seems increasingly unlikely to have a valid claim to the throne…

To find the answers, October and her friends will have to travel from the legendary Library of Stars into the hidden depths of the Kingdom of the Mists—and they’ll have to do it fast, because time is running out. In faerie, some fates are worse than death.

Notez que je n’ai pas fini d’en parler, vu que je suis plongée actuellement dans « All Winter Long » la suite ! Ce qui explique ma relecture, toujours aussi géniale, de ce tome…

Et finalement, une BD – pour une fois ! – j’ai nommé l’excellent…

motsrumeur

« Mots rumeurs, mots cutter » de Charlotte Bousquet et Stéphanie Rubini !

4e de couv’

Je me suis levée, les mains tremblantes. J’entendais des chuchotements, des rires dans mon dos. J’ai pris le morceau de craie, regardé les chiffres inscrits sur le tableau. Des fractions qui auraient dû être faciles, des fractions qui se délitaient devant moi, des chiffres bizarres, monstrueux, qui me frappaient comme les insultes et les ricanements, comme la vérité qui me sautait au visage…

Et vous pouvez lire mon avis sur le forum du Boudoir Ecarlate ! 

Et vous, qu’avez-vous lu pendant ce mois de septembre?