Bilan lecture Janvier/Février – 1e partie

Je me suis *enfin* décidée à prendre ce taureau par les cornes et à rédiger ce billet !

(Ou du moins sa première partie… Vu la taille que ce dernier risque de prendre, mieux vaut le couper en deux !)

Une fois n’est pas coutume, je vais commencer par la romance. Durant ce mois, j’en ai lu quatre, dont une historique et trois contemporains. L’occasion de découvrir la plume de Nalini Singh et je dois dire que je l’ai vraiment appréciée dans le contexte de sa série Rock Kiss !

prince_who_loved_meRock_addiction_singhrock_courtship_singhtendre_veillee_bailey

Je reviendrai certainement pour le 3e opus de cette série, qui sort ce mois-ci.

On continue avec la littérature francophone, où j’ai eu l’occasion de (re)découvrir de jolies plumes, comme celle de Léonora Miano, qui entre définitivement dans mon panthéon d’auteurs avec le puissant Sankofa Cry, celle d’Elise Fontenaille sans oublier ma chère Lise Syven !

3soeurs_fontenaille

Les trois soeurs et le dictateur, que j’ai lu dans le cadre de mon challenge We Need Diverse Books et dont vous pouvez retrouver la chronique ici

aubes_ecarlates_miano

Les aubes écarlates – Sankofa Cry, aka mon coup de coeur de janvier ! Mon avis ici

phenomenale_lise_syven

Phénoménale – tome 2 de la Balance Brisée de Lise Syven

4e de couv’

C’est la rentrée, il faut se remettre à étudier. Le collège, les profs, les pestes qui vous pourrissent la vie… Heureusement que Fatou et les copines sont là pour se changer les idées. Quant à Max, le voilà scotché à une nouvelle élève. Ce n’est pas qu’Elie soit jalouse (hum !) mais elle aimerait bien en savoir plus sur la nature de leur relation.

Elie a aussi d’étranges visions liées à la Balance Brisée… Elle doit vite progresser en magie : sa famille est peut-être en danger !

L’année s’annonce drôlement mouvementée…

Mon avis

J’avais beaucoup apprécié le premier opus Subliminale, j’avais donc hâte de retrouver Elie, Karl, Fatou sans oublier Mirza bien entendu ! En même temps, dans cet opus, il serait difficile de l’oublier… 🙂 Elie retrouve donc le collège, avec des bonnes surprises – sa meilleure amie, Fatou, avec laquelle elle est très liée – et de moins bonnes – Max, son copain, qui n’a donné aucun signe de vie durant l’été et qu’elle retrouve hyper protecteur envers la nouvelle élève, Elena. Ajoutez à ça une visite surprise de l’oncle Henri et d’étranges visions liées au secret de ses parents, la Balance Brisée… Elie a de quoi faire !

Ce que j’aime dans cette série, c’est que l’auteur ne prend en aucun cas ses lecteurs pour des truffes. Si les parents jouent bel et bien un rôle, les ados doivent se débrouiller seuls, face à des sujets qui peuvent être difficiles à aborder, comme le harcèlement scolaire. L’opus fait toujours la part belle à la diversité, avec notamment les différents types de magie. Mais le petit plus pour moi dans ce livre, c’est la relation frère/soeur entre Karl et Elie, qui se développe, s’affine… Inutile de vous dire que je me demande ce que l’auteur nous réserve dans le tome 3 !

En conclusion, un excellent second tome, sans temps mort, une série jeunesse que je recommande vivement !

Lecture #8 dans le cadre du challenge  twitter-25-pledge

Après une lecture que j’ai abandonnée car le style d’écriture ne me convenait vraiment pas…

young_world

Voici un OVNI littéraire – et ce dans tous les sens du terme ! – qui m’a beaucoup plu, j’ai nommé…

thehumans_haigg

The Humans (dispo en VF chez Hélium) par Matt Haig

Vous pouvez retrouver ma chronique ici ! 

Quelques lectures en demi-teinte, auxquelles je n’ai pas réussi à totalement accrocher, mais qui se sont révélées agréables et pleines de surprises !

hero_end_world_clairborne

A Hero at the End of the World par Erin Clairborne

Vous pouvez retrouver mon avis ici

Created with Nokia Smart Cam

Gracefully Grayson par Ami Polonsky

4e de couv’

Alone at home, twelve-year-old Grayson Sender glows, immersed in beautiful thoughts and dreams. But at school, Grayson grasps at shadows, determined to fly under the radar. Because Grayson has been holding onto a secret for what seems like forever: “he” is a girl on the inside, stuck in the wrong gender’s body.

The weight of this secret is crushing, but leaving it behind would mean facing ridicule, scorn, and rejection. Despite these dangers, Grayson’s true self itches to break free. Strengthened by an unexpected friendship and a caring teacher who gives her a chance to step into the spotlight, Grayson might finally have the tools to let her inner light shine.

Mon avis

Soyons clairs, ce bouquin avait tout pour me plaire : un thème qui entre directement dans mon challenge We Need Diverse Books, une belle écriture, un personnage principal qui porte un lourd secret… Bref, tous les ingrédients étaient réunis, et pourtant, la sauce n’a pris qu’à moitié. Peut-être parce que le rythme de l’intrigue était trop « paisible », même si elle ne manque pas de dénouements; ou que le personnage principal, Grayson, demeure un brin trop spectateur à mon goût (en même temps, à douze ans, vous me direz, c’est un peu logique). Néanmoins, en dépit de mes réserves, l’histoire m’a touchée : Grayson se rêve depuis longtemps en tant que fille. Il achète des T-shirts trop longs en imaginant qu’il s’agit de robes, il a le réflexe d’aller dans les toilettes pour filles, en bref il est déchiré entre ce qu’il est à l’extérieur et ce qu’il voudrait être.

L’occasion de franchir le pas, de révéler ce qu’il désire devenir lui est donnée lors d’un casting pour une pièce de théâtre, où Grayson auditionne… pour le premier rôle féminin. Et l’obtient. Ce qui n’est pas sans conséquences pour lui comme pour sa famille ou le professeur qui dirige la pièce. Le bouquin pose des questions intéressantes sur les thèmes de l’identité, de la liberté d’expression, de la relation professeur-élève et j’ai vraiment apprécié suivre le parcours de Grayson. Néanmoins, j’aurais aimé un peu plus de vie dans tout cela !

Lecture #9 twitter-25-pledge

On continue dans le YA, cette fois-ci avec un livre qui m’intriguait pas mal…

please_ignore_vera

Please Ignore Vera Dietz par A.S. King

Une auteur relativement peu connue en francophonie, mais déjà multi-primée Outre-Atlantique. Attention, ce roman va être difficile à chroniquer…

4e de couv’

Eighteen-year-old Vera’s spent her whole life secretly in love with her best friend, Charlie Kahn. And over the years she’s kept a lot of his secrets. Even after he betrayed her. Even after he ruined everything.

So when Charlie dies in dark circumstances, Vera knows a lot more than anyone—the kids at school, his family, or even the police. But will she emerge and clear his name? Does she even want to?

An edgy, gripping story, Please Ignore Vera Dietz is an unforgettable novel: smart, funny, dramatic, and always surprising.

Mon avis

Comme je le disais, un livre difficile à chroniquer. Non pas pour son potentiel, car il est très intéressant, mais j’en suis ressortie assez incertaine quant aux personnages. Je n’ai pas besoin de les aimer à tout prix pour m’intéresser à eux, en général, et le personnage de Vera m’a marquée. Néanmoins, je n’ai pas ressenti une immense empathie envers elle. Peut-être parce que la structure de l’histoire est assez hachée, entre flash-backs et changement de narrateur.

Vera est amoureuse depuis toujours de Charlie, son voisin, mais quand ils sortent enfin ensemble, rien ne se passe comme prévu. Un an plus tard, Charlie est mort et Vera, elle, cache un lourd secret qui menace de faire vaciller complètement son univers… ne vous attendez pas à une romance conventionnelle de teenagers, pas plus qu’à un livre feel-good. L’auteur n’hésite pas à aborder des thèmes très durs, comme l’alcoolisme, la maltraitance des enfants ou encore la drogue. L’histoire de Vera et de Charlie se révèle douloureuse, même si l’auteur évite de tomber dans le pathos ou le glauque.

Une relation que j’ai beaucoup aimée dans ce livre, c’est celle de Vera et de son père, traumatisé par la disparition de la mère et qui essaie de remonter la pente psychologiquement parlant. On voit à quel point ces deux maltraités de la vie s’entraident, s’engueulent aussi, mais comptent toujours l’un sur l’autre. Des moments très touchants, qui viennent éclairer l’histoire et lui donner un peu de lumière.

Bref, vous l’aurez compris, un roman qui ne laisse pas indifférent, qui marque et qui soulève des thèmes très sensibles. J’aurais aimé pour ma part ressentir davantage d’empathie avec la narratrice.

La suite de ce bilan tout bientôt !

Challenge We need diverse books #2 : Les trois soeurs et le dictateur d’Elise Fontenaille

Deuxième rendez-vous pour ce challenge livresque! Au rendez-vous cette semaine : une histoire dont j’ignorais tout et qui a pourtant donné naissance à la Journée Mondiale de Lutte contre la violence faite aux femmes.

Accrochez votre ceinture, nous partons dans les Caraïbes…

3soeurs_fontenaille

Les trois soeurs et le dictateur d’Elise Fontenaille

Editions du Rouergue

4e de couv’

Mina, une adolescente californienne part pour la première fois en République Dominicaine, le pays natal de son père. La-bàs, son cousin Antonio lui fait rencontrer Abela, une veille dame. Celle-ci entreprend alors de lui raconter le destin tragique de sa grand-mère Minerva et de ses deux soeurs, qui ont tenu tête au dictateur Trujillo à l’époque…

Thèmes principaux

Résistance politique – Droits des femmes – Racisme

Pourquoi avoir choisi ce roman ?

Je l’avais acheté à la Fnac, il y a un bout de temps, intriguée par le 4e de couv’. Ce challenge était l’occasion rêvée d’enfin le découvrir!

Mon avis

Ce roman relate avant tout l’histoire des soeurs Mirabal : 3 soeurs nées dans une famille aisée en République Dominicaine dans les années 20. Une des soeurs, appelée Minerva et réputée pour sa beauté, est remarquée – malheureusement pour elle – par le dictateur en place sur l’île, Rafael Trujillo. Friand de jeunes filles, Trujillo multiplie les invitations, mais Minerva lui tient tête. Résiste. Et avec elle, toute sa famille, qui en paiera les conséquences. Dès lors, les trois soeurs Mirabal, Minerva, Patria et Maria Teresa entrent en résistance, assistant à des réunions clandestines, passant des tracts sous le manteau. Des gestes qui peuvent nous sembler anodins, mais qui, sous un régime qui massacra une dizaine de milliers d’Haïtiens au moins – le massacre du Persil – valaient la prison et de torture. Une prison que les trois soeurs connurent d’ailleurs, avant d’être relâchées, pour finalement trouver la mort lors d’une embuscade dans les montagnes de l’île le 25 novembre 1960.

Ce que j’ai aimé dans le récit d’Elise Fontenaille, c’est d’abord le fait d’avoir restitué cette histoire fidèlement, sur un ton juste, sans en faire de trop; ensuite, c’est d’avoir marié les deux histoires de Minerva et Mina, cette petite-fille qui débarque à la République Dominicaine sans rien savoir de l’histoire des Mariposas – les papillons en espagnol, et qui désignent les trois soeurs. Soyons clairs cependant : l’histoire de Mina sert surtout de cadre pour relater le destin des soeurs Mirabal. De Mina, on ne sait finalement pas grand’chose, le personnage n’a pas beaucoup d’aspérités, et même si son intrigue comporte des détails touchants – sa correspondance avec son amie d’enfance, Eliza, qui elle est originaire d’Haïti, l’occasion d’évoquer la division politique de l’île – sa voix sert surtout à mener le lecteur à la découverte des Mariposas. Dès que leur histoire est finie – le roman est mince, il ne compte que soixante-dix pages – celle de Mina cesse aussitôt. Une absence qui me laisse un goût de trop peu.

Autre détail touchant dans ce roman, c’est un autre point où se rejoignent réel et fiction, c’est l’apparition dans le roman de la quatrième soeur Mirabal, la survivante car trop jeune à l’époque pour s’être engagée dans la résistance.

Belgica Adela Mirabal Fernandez

Un bel hommage à « Dona Dede », décédée l’année dernière.

En conclusion, ce roman est une belle introduction au destin de trois femmes dont l’histoire semble encore largement méconnue de nos jours. Il m’aura aussi donné envie de lire deux romans qui traitent de cette époque,

fete_bouc_llosa

La fête au bouc, de Mario Vargas Llosa

autemps_papillon_alvarez

Et Au temps des papillons de Julia Alvarez

Je termine cet article par un petit appel : en effet, si vous avez des recommandations pour ce challenge, des idées de titre, etc… n’hésitez pas à m’en faire part en commentaire 😉 et faites passer le mot. Je ne vous promets pas de les lire tous, mais je suis en tout cas très curieuse d’élargir mon horizon en matière de diversité!

twitter-25-pledge

WNDB_Button

Wish-list de début 2015 – 1ere partie

Il y avait longtemps que je ne vous avais plus parlé wish-list, et comme en ce moment, j’ai l’impression que des cargaisons de livres tous plus alléchants les uns que les autres débarquent sur les réseaux sociaux – et en particulier Twitter – je me suis dit qu’il n’y avait aucune raison que je ne vous fasse pas profiter 🙂

Et comme celle-ci s’avère d’ores et déjà assez longuette, voici une première partie, entièrement consacrée aux publications francophones!

On va commencer par une suite sur laquelle je vais me précipiter dès qu’elle sera disponible, j’ai nommé…

phenomenale_lise_syven

Phénoménale, le tome 2 de la Balance Brisée, de Lise Syven, qui sortira en février 2015 chez Castelmore! J’avais beaucoup aimé le premier tome Subliminale, innovant et rafraîchissant, j’ai hâte de connaître la suite des aventures d’Elie et de Karl !

On quitte le domaine de la jeunesse pour un roman que j’ai déjà eu l’opportunité de lire, et dont je suis très curieuse de découvrir le produit fini ! C’est un premier roman et il s’agit de…

la-pelote-d-epingles

La pelote d’épingles de Cécile G. Cortes, à paraître le premier février aux éditions du Chat Noir! 

4e de couv’

De nos jours, l’existence des marraines fées est bien connue. L’une d’entre elles, Violette, est missionnée à Paris pour réunir deux tourtereaux : un chanteur pour midinettes et une couturière sans le sou. Mais sur place, rien ne se déroule comme prévu : les prétendants ne se calculent même pas ! Pire, le jeune homme craque pour les charmes de la fée qui doit pour la première fois gérer un problème de taille, pour lequel elle est parfaitement incompétente et inexpérimentée : ses propres émotions.

La pelote d’épingle est une romance acidulée aux accents rock qui met un bon coup de pied au joyeux petit monde des fées, princes charmants et innocentes princesses.

Pour l’avoir lu, je peux vous dire que ce roman ne manque pas de piquant ! ( Je sais, elle était facile)

Une autre sortie que là aussi, j’ai pu lire en avant-première – le privilège d’être bêta-lecteur! – c’est le roman suivant, là aussi un premier roman. Et puis admirez cette couverture !

redemption_berengere_rousseau

Rédemption de Bérengère Rousseau, à paraître – lui aussi ! – en février 2015 aux éditions du Riez.

4e de couv’

Quand un vieux médaillon et quelques documents anciens révèlent à Noâm les soupçons de collaboration qui pèsent sur son arrière-grand-père, son monde bascule. Comment accepter et vivre avec cette honte ? Il veut comprendre. Avec son meilleur ami, il se rend au Château de Noisy, là où son aïeul fut aperçu pour la dernière fois.

Sur place, ils sont victimes d’un éboulement. Ils se réveillent en 1944 à la veille de la Bataille des Ardennes. Noâm voit là l’occasion de restaurer l’honneur de sa famille, au risque de changer le cours de l’Histoire. Et si, justement, celle-ci avait déjà changé ?

Un roman combinant la Belgique comme lieu de l’action – pour une fois que cela arrive! – et une période historique qui m’a toujours vivement intéressée… I’m sold.

On demeure toujours dans le domaine du fantastique avec ce roman d’une amie de coeur et d’une grande plume, qui a signé entre autres la saga des Fedeylins et un de mes coups de coeur 2014, Ascenseur pour le Futur, j’ai nommé…

Le premier_nadia_coste

Le Premier de Nadia Coste, aux éditions Scrinéo, qui paraîtra au mois d’avril.

Une histoire d’amour, de vengeance et de mort à la fin du Néolithique… et une couverture qui fait méchamment flipper. Et puis, c’est signé Nadia Coste. Ca dit tout.

Je vous avais parlé aussi, dans mes belles découvertes 2014, de ce roman graphique paru chez Gulf Stream, Mots Rumeurs, Mots Cutter, c’est donc avec grand plaisir que je vois le duo Charlotte Bousquet & Stéphanie Rubini se former pour un troisième opus !

bullesblues_bousquet_rubini

Bulles & Blues, qui sortira toujours chez Gulf Stream Editeur, le 22 janvier!

4e de couv’

Soan et moi, on ne se parle plus du tout. Apparemment, je lui fais honte, je suis un gros boulet qu’il en a marre de traîner. Je m’en fous, il n’a qu’à rester avec ses nouveaux copains  du théâtre et baver devant Layla. Non. Ce n’est pas vrai. Je  ne m’en fous pas. Ça me fait mal. J’ai l’impression d’avoir  un trou à la place du cœur et je ne sais même pas à qui en  parler… 

Avouez que toutes ces sorties sont alléchantes!

Il y a aussi des publications qui titillent ma curiosité et au sujet desquelles je voudrais bien en savoir davantage, comme celle-ci de Camille Brissot, et puis il y en a d’autres, sur lesquelles je voudrais bien vous toucher deux mots mais il me faut encore garder le silence, faute d’annonce officielle… Croyez-moi, c’est frustrant.

Un indice ? Je vous dirais de guetter les sites/blogs suivants : Escroc-Griffe; celui de Silène Edgar; celui d’Agnès Marot & Cécile Duquenne (qui organise en ce moment d’ailleurs un super concours!)

Bien sûr, la liste est loin d’être exhaustive et nul doute que j’aurai l’occasion de vous reparler de plumes francophones… Rendez-vous la semaine prochaine pour la seconde partie de cette wish-list, consacrée cette fois-ci aux auteurs anglophones!

Bilan lecture – Décembre 2014

Hello les gens !

La reprise de ce blog aura lieu un peu plus tôt que prévu, je me suis dit que j’allais être courageuse et vous livrer mon bilan lecture du mois de décembre, histoire de bien commencer cette année !

Et justement – admirez la transition ! – en ce mois de janvier, tradition oblige, je vous souhaite mes meilleurs voeux. Que 2015 vous apporte plein de belles choses 😉

Au niveau lecture, je dois dire que décembre a été un mois assez tranché, avec soit des romans que j’ai adoré soit que j’ai abandonné après 40-50 pages. C’est rare que cela m’arrive, du moins à cette fréquence, heureusement les coups de coeur ont été nombreux, ça compense!

Le premier coup de coeur, c’est un roman dont je vous ai déjà parlé dans mon bilan 2014 – oui, je sais, comment mettre la charrue avant les boeufs… je m’organiserai autrement pour 2015 ! – un roman qui m’a fait vibrer, qui m’a touché avec son traitement juste et sensible de thèmes très durs, soyons clairs et qui contient aussi sa part de lumière, avec des histoires d’amitié & d’amour qui m’ont beaucoup émue (et vous savez pourtant que je suis difficile là-dessus !)

Ce premier coup de coeur, c’est…

The Truth About Alice by Jennifer Mathieu -- exclusive EW.com image

The Truth about Alice, par Jennifer Mathieu

YA – VO (niveau intermédiaire) – Contemporain

Un roman à plusieurs voix, dont le génie se situe dans le fait que l’on n’entend jamais celle d’Alice, le personnage autour duquel toute l’intrigue tourne. Car non contente d’avoir apparemment couché avec le quaterback le plus en vue du lycée pour ensuite tomber dans les bras d’un étudiant à l’unif lors d’une fête, Alice a aussi joué un rôle déterminant dans l’accident de voiture qui a coûté la vie au dit quaterback un mois après la fête.

C’est ce qu’on dit en tout cas. Et les rumeurs enflent, rendent la vie impossible à Alice, qui perd ses amis, sa popularité, qui se voit montrée du doigt par toute la ville sans que personne ne lui donne le bénéfice du doute. Personne ? Pas vraiment…

Vous l’aurez compris, Jennifer Mathieu dresse un portrait réaliste, sans concession d’une ado qui est victime de slut-shaming, qui se voit accusée et mise au pilori sans que personne ne prenne la peine de lui demander sa version de l’histoire. Les différents points de vue sont magistralement développés, depuis la reine du lycée et ex-copine du quaterback, jusqu’au meilleur ami de celui-ci en passant par Kurt, le loser (et laissez-moi vous dire qu’il s’agit là de mon POV favori !).

Un autre point de vue qui m’a beaucoup touché, c’est celui de la meilleure copine d’Alice, qui en fait la lâche très vite quand les rumeurs commencent à se propager. On pourrait croire qu’il s’agit de la garce de service – c’est ce que j’ai pensé au début – mais en fait, ce personnage se révèle d’une complexité séduisante, autant bourreau que victime elle-même.

Un premier roman à découvrir et j’espère qu’il sera vite traduit en VF !

Le second bouquin n’est pas un roman et il est toujours en cours – ce qui n’est pas grave car vu le contenu, on peut y revenir quand on veut ! Connaissant mon profond amour pour cette saga, vous vous doutez bien que je me devais de l’acquérir, n’est-ce pas ?

Il s’agit de…

Created with Nokia Smart Cam

The World of Ice & Fire, un magnifique ouvrage illustré par des artistes talentueux – dont Magali Villeneuve, qui me fait toujours baver avec ses créations ! – et qui raconte donc l’histoire de Westeros, des sept Royaumes, etc.

Et je peux vous dire que Mister Martin ainsi que les co-auteurs ont le chic pour nous expliquer l’histoire de Westeros – et des Targaryens ! – sans trop en dévoiler… (Pour les fans, si je vous dis Summerhall, vous voyez de quoi je veux parler!)

Juste pour vous faire baver un peu:

Created with Nokia Smart Cam

Created with Nokia Smart Cam

Avouez que ça en jette !

Sans être un coup de coeur, ce second roman m’a beaucoup plu, de part son côté frais, sa romance mignonne & sans guimauve et surtout sa narration. Car gérer une bonne dizaine de points de vue, dont ceux d’un écureuil et d’un banc, est quand même un fameux tour de force !

Je parle bien entendu de…

A_Little_Something_Different_for_sitejpg

A little something different par Sandy Hall

YA (même si les persos entament leur première année de fac ) – VO – Niveau accessible – Contemporain

Une histoire d’amour qui n’est pas narrée par les deux protagonistes, mais par leurs amis, leurs familles, le chauffeur de bus ou encore la femme du prof de fac, voilà un pari intéressant et que l’auteur a fort bien relevé. Alors, certes, l’histoire ne révolutionne pas le genre, mais pour ma part, j’ai vraiment aimé ce roman frais et mignon, qui ne tombe ni dans la guimauve ou le mélo, qui donne envie de sourire et de rire d’ailleurs – certains passages & points de vue sont juste très drôles! – bref qui m’a donné la pêche ! Franchement, vous avez envie d’une lecture doudou ? Jetez-vous dessus!

Le deuxième coup de coeur roman n’est pas vraiment une surprise. J’avais adoré les deux premiers tomes, il s’agit de l’une de mes plus belles découvertes 2014, et je pense d’ailleurs que cette série m’a définitivement pourri en ce qui concerne les décors à la Jane Austen (comprenez que je vais tout le temps faire la comparaison!). C’est drôle, c’est frais et férocement intelligent, c’est deux coups de coeur en un (vous allez comprendre), c’est…

stolen_magic

Courting-magic-cover-460

Le troisième et dernier tome de la série « Kat Incorrigible » , Stolen Magic, et la novella qui se passe quelques années plus tard, Courting Magic par Stephanie Burgis.

Si vous voulez en savoir plus sur cette série, je vous renvoie aux deux parties de mon bilan lecture 2014. Que vous dire sur ce tome 3 – sans spoiler – et cette novella sinon qu’ils ont encore renforcé mon attachement pour Kat, l’héroïne de cette série qui n’a pas sa langue en poche sans pour autant être une casse-cou, sa famille qui est juste adorable, avec leurs défauts et leurs manies, et bien sûr, les défis que doit relever Kat pour se montrer digne de son héritage magique ?

Plutôt que vous en parler ad vitam eternam, je vais plutôt vous conseiller de vous jeter dessus sans attendre – les deux premiers tomes existent en VF – et de découvrir Kat ! Je parie que comme moi, vous aurez tôt fait de l’adopter.

Cerise sur le gâteau, l’auteur va sortir un nouveau roman, cette fois-ci pour un public plus adulte, dans le domaine de l’opéra ! je peux vous dire que je sera en tout cas au rendez-vous.

Un changement radical de genre pour la prochaine lecture, très sexy – pas pour rien que c’est classé dans le rayon érotique – et touchante à la fois, j’ai nommé…

take_ella_frank

Take d’Ella Frank

VO – Romance M/M – Niveau intermédiaire (pas mal de slang) – Contemporain

Et oui, je peux vous dire que la couverture est parfaitement à la hauteur du roman! 🙂

J’avais beaucoup aimé le premier tome Tryet comme ce dernier finissait quand même sur un cliffhanger, je me suis donc plongée dans la relation entre Tate et Logan avec grand plaisir ! Le moins qu’on puisse dire, c’est que l’auteur a le chic pour ne pas nous laisser un moment de répit. Entre scènes hot, scènes tendres et scènes où tu as envie de boxer un des persos – médaille d’ailleurs à la famille de Tate, que j’aurais volontiers frappée – je n’ai pas lâché ce tome 2 avant de connaître la fin ! J’ai aimé le fait que l’auteur aborde des sujets comme l’intolérance, la pression exercée par la société, etc sans pour autant tomber dans le mélo ou le pathos. Idem pour les persos, qui restent fidèles à eux-mêmes, avec leurs défauts, leurs manies et leur peur du changement. J’ai hâte de découvrir le tome 3 !

Un autre coup de coeur pour une auteur que j’ai découverte avec ce roman, avec une couverture que je trouve parfaitement réussie d’ailleurs, c’est…

cuckoo_song_Hardinge

Cuckoo Song par Frances Hardinge

VO – YA/MG (entre les deux) – Niveau élevé – Fantastique

Comment écrire un roman mettant en scène les changelings sans écrire une seule fois ce mot dans tout le roman ? C’est le pari relevé avec beaucoup de brio par l’auteur. Je vous mets au défi de lire ce roman sans être une seule fois ému par le personnage de Triss. Triss, qui se réveille un beau jour avec de vagues souvenirs d’une vie qui ne semble pas (plus?) lui appartenir, une faim dévorante et la sensation de ne pas être à sa place… Pire encore, des ciseaux l’attaquent, les poupées semblent lui en vouloir pour une raison inconnue et une voix n’arrête pas de lui souffler à l’oreille « Sept jours ».

Je ne savais pas à quoi m’attendre avec ce roman, je l’ai pris sur une recommandation (again!) des Book Smugglers et je ne l’ai en aucun cas regretté. Ce roman, qui inscrit les traditions féeriques dans le cadre des années folles (1920), est tout simplement brillant. Par ses personnages, par son intrigue, par l’univers exploré et surtout par son style ! C’est bien simple, je pourrais en parler pendant des heures, tant le coup de coeur a été immense.

Je n’ai qu’une seule envie, c’est qu’il puisse être traduit en VF et que vous tous puissiez découvrir ce véritable petit joyau !

Un autre gros coup de coeur pour un roman, qui a fait parler de lui récemment, grâce notamment à l’adaptation ciné – que je n’ai pas encore vue – c’est…

les_apparences_flynn

Les apparences de Gillian Flynn

Thriller psychologique – VF (et brillamment traduit!)

Vous savez, ces romans qui vous assènent soudain une claque magistrale quand vous vous y attendez le moins ? Et qui, cerise sur le gâteau, vous offrent un point de vue soudain complètement différent sur ce que vous venez de lire ?

C’est ce qui m’est arrivé avec Les apparences, l’histoire d’un couple à première vue sans histoire et dont la femme disparaît soudainement… L’époux ne tarde guère à être soupçonné. A tort ou à raison ?

Mais Les Apparences, c’est bien plus qu’un thriller tournant autour d’une disparition. C’est sarcastique, ça met en pièces les clichés et stéréotypes, ça égratigne jusqu’au sang les conceptions traditionnelles autour du couple et de la famille, ça joue avec nos nerfs et ça nous torture joliment jusqu’à la fin.

C’est noir, c’est vénéneux et c’est complètement addictif. Je ne pensais pas aimer autant et je peux vous dire que j’ai été soufflée, époustouflée, complètement chamboulée par ce roman. De la très belle oeuvre et franchement, si vous êtes passés à côté de ça, rattrapez-vous vite !

L’expérience m’a tellement plu que j’ai récidivé avec un autre roman de l’auteur, à savoir…

sur_ma_peau_flynn

Sur ma peau de Gillian Flynn

VF – Thriller

Un roman auquel j’ai moins accroché, et c’est en grande partie dû à la narratrice, mais qui m’aura en tout cas beaucoup plus troublée par son traitement que Les Apparences. En fait, pour être honnête, ce roman s’est avéré beaucoup plus monstrueux  à mon sens que le best-seller de Flynn. Si on retrouve le même cadre – une petite ville paisible en apparence, dans le Missouri – en revanche, la narratrice, Camille, une journaliste qui végète à Chicago, m’a beaucoup perturbée. Et ce sentiment s’est encore amplifié quand on découvre le coupable des deux meurtres de petites filles.

Du coup, pour me remettre, j’ai été piocher une lecture doudou dans ma bibliothèque et je suis tombée sur…

bois_eternels_vargas

Dans les bois éternels de Fred Vargas

Roman policier

J’aime la plume de Vargas, j’aime Adamsberg et sa petite bande, j’aime ces intrigues à tiroirs, j’aime l’humanité qu’elle donne à ses personnages, bref il est facile de comprendre pourquoi c’est une de mes lectures doudou ! C’est toujours un vrai plaisir que de lire cette auteur, qui en plus, nous revient avec un nouvel opus cette année !

Ce bilan ne serait pas complet si je n’évoquais pas les abandons que je mentionnais plus haut. On retrouve parmi ceux-ci

graudin_fuir_la_citadelle

les100

selection cvr

branded

Voilou ! Et vous, qu’avez-vous lu de beau en décembre ?

Bilan lecture de novembre

Et c’est parti pour ce bilan, qui a connu un peu de retard !

Je vais commencer par la partie la plus agréable, à savoir mes coups de coeur. Novembre a été fructueux en ce domaine, puisque j’en compte 3.

Let’s begin with…

evernight_mel_andoryss

De l’autre côté de la Nuit, le tome 1 des Enfants d’Evernight, de Mel Andoryss

4e de couv’:

Pour échapper à la pension, Camille fait un vœu la veille de son treizième anniversaire, avant de s’endormir : ne plus jamais se réveiller.
Lorsqu’elle rouvre les yeux, elle découvre que son souhait s’est réalisé. La voici à Evernight, le monde des rêves. Perdue dans cet univers étrange, elle rencontre le Marchand de Sable. Malgré le soutien que lui apporte le jeune homme, Camille comprend qu’elle n’est pas la bienvenue : aucun humain n’est toléré à Evernight !
Mon avis:
J’avais déjà beaucoup aimé les deux tomes de la BD chez Delcourt, comme vous pouvez le voir dans mon bilan d’octobre, j’étais donc impatiente de me jeter sur le tome 1 paru chez Castelmore, qui m’attendait depuis un petit moment déjà dans ma PaL. Que dire, sinon que je n’ai en aucun cas regretté le voyage ? Mel Andoryss possède un style frais, vivant, qui nous entraîne en quelques mots dans l’univers de Camille et celui d’Evernight. J’ai vraiment apprécié de revoir Camille, d’en découvrir davantage sur elle, puisque son point de vue est naturellement davantage mis sur le devant de la scène dans le roman. Et puis revenir à Evernight, dans ce monde si particulier, où les descriptions rappellent les magnifiques dessins de la BD… Bref, une saga à découvrir si ce n’est pas déjà fait! Inutile de vous dire que j’ai acquis le tome 2 à Montreuil et je suis très impatiente de le découvrir!
renegade_magic
Renegade Magic, tome 2 de la saga Kat Incorrigible, de Stéphanie Burgis
4e de couv’ (de la VF):

Elissa, la grande sœur de Kat, s’apprête à épouser l’homme qu’elle aime. Grâce à Kat ! Et Belle-maman ne compte pas s’arrêter là : elle veut maintenant marier Angeline, la cadette des sœurs Stephenson. Mais dans la bonne société, la rumeur court que les sœurs Stephenson seraient des sorcières, comme leur mère… Alors, pour fuir les ragots, Belle-maman emmène ses filles à Bath. Là-bas, personne ne sait qui elles sont, et ce sera bien plus facile de trouver un mari pour Angeline. Mais les ennuis suivent Kat comme son ombre. À Bath, elle retrouve son grand-frère Charles, qui a de gros problèmes. Et, au milieu de la haute société, la magie circule… une magie sombre et puissante, qui pourrait bien donner du fil à retordre à Kat Stephenson.

Pas le temps de jouer aux petites filles modèles, Kat a quelques sortilèges à apprendre !

Mon avis:

J’avais complètement adhéré au premier tome, avec Kat, cette héroïne si attachante, qui combat les préjugés de son temps, en particulier ceux régissant la vie des femmes, et essaie en même temps d’apprivoiser la magie héritée de sa mère. Ce deuxième volume commence sur les chapeaux de roue, puisqu’en plein mariage d’Elissa, la soeur aînée de Kat, éclate un scandale entachant toute la famille Stephenson. Pour sauver les apparences, la belle-mère de Kat ne voit d’autre choix que d’emmener toute la famille à Bath. Elle ne se doute pas un instant que sous cette ville si fashionable, un complot se trame. Et bien entendu, qui de mieux placé pour le découvrir que notre chère Kat?

Une héroïne bien dans ses baskets… enfin dans ses chaussures, déterminée sans être une intrépide casse-cou, qui a de la personnalité à revendre et qui remet en question toutes les conceptions de l’époque concernant ce qui est approprié pour les femmes… comment ne pas l’aimer ? De plus, il faut souligner l’extraordinaire travail de reconstitution de l’auteur concernant Bath et la société de cette époque. Bref, un vrai régal! Je compte bien me jeter sur le troisième tome de cette saga dès que possible!

et enfin, dernier coup de coeur…

mysoontobesexlife

My soon-to-be sex life par Judith Tewes (VO)

4e de couv’

Charlie is down to her absolute. Total. Last. Resort.

Despite a thoroughly comprehensive list of potential cherry poppers, er…suitors, and careful plotting, Charlie is three weeks into her devirginzation campaign, still untouched, and getting desperate. In the movie of her life, this aspiring screenwriter is giving herself a PG, for please, get some.

Her project goes into freeze frame when her mom checks herself into rehab and packs Charlie off to live with her estranged, or just plain strange, grandfather, Monty. How is she supposed to get a date when she has to go pick up his Depends? 

Enter Eric, a hot rehab grad on the road to redemption, and the only one who can make Charlie rethink her strategy. The more she gets to know him, the more convinced she becomes that is the one, and not just another to add to the list of people who will abandon her.

In this hilarious and heartbreaking story of one girl’s detoured road to womanhood, Charlie’s list develops a life of its own – right when she realizes there’s so much more to lose.

Mon avis

Ah, la jolie surprise de ce mois de novembre! Je l’ai acheté sur un coup de tête, redoutant le pire… Et heureusement pour moi, ce roman s’est révélé un vraie petite perle. Une perle imparfaite, oui, et je n’ai pas totalement accroché à la romance, même si elle était tendre, drôle et sexy à la fois, mais une perle qui m’a conquise avec ses dialogues à mourir de rire et surtout ses personnages. Comment ne pas tomber sous le charme de Charlie, qui essaie de perdre sa virginité selon ces conditions, mais à laquelle il arrive les pires tuiles possibles ? C’est aussi un roman qui traite de thèmes sensibles, comme le slut-shaming, mais aussi les rapports avec les proches, les grands-parents, la maladie, etc. Un roman avec lequel on ne voit pas le temps passer, et dont je suis ressortie avec un grand sourire. Attention, je ne pense pas qu’il soit accessible aux débutants en anglais, mais pour les niveaux intermédiaires, foncez!

Dans le rayon belles découvertes, il y a également

dresseur_fantomes

Dresseur de fantômes par Camille Brissot

4e de couv’:

Le monde avait été redessiné par une série de catastrophes climatiques, les courants marins et les vents modifiés. Les anciennes cartes devenues obsolètes, les aventuriers pouvaient renaître… Pendant des années, Théophras et Valentine ont parcouru le monde pour le compte de riches employeurs, à la recherche de trésors et de pièces rares. Jusqu’au jour où Valentine est empoisonnée par le mystérieux Collectionneur, son meilleur client. Réduite à l’état de fantôme, elle devient invisible aux yeux de tous… sauf de Théophras. Aidés par le capitaine Peck,  propriétaire du plus grand bateau à aubes du monde, et par la troupe du célèbre AeroCircus, flottille hétéroclite de ballons et de dirigeables, les deux amants se lancent aux trousses de l’assassin de Valentine. D’une quête de vérité à la vengeance, il n’y a qu’un pas.
Le franchiront-ils ?
Mon avis:
Une autre trouvaille des Imaginales, où j’avais eu le plaisir de rencontrer la pétillante Camille! Le moins qu’on puisse dire, c’est que l’auteur a de l’imagination à revendre. J’ai vraiment été accrochée dès le début par le voyage de Théophras et Valentine, ce couple uni et déchiré en même temps, à la recherche d’un serial killer bien particulier… Mais en est-ce vraiment un ?
Un roman qui se lit d’une seule traite, qui nous présente un univers post-apo cohérent et passionnant ainsi qu’une quête dont j’ai apprécié les dénouements. Bref, une belle plume à découvrir que celle de Camille Brissot. Et puis notez la splendide couverture.
On continue avec deux YA contemporains (pour le moment je dois dire que je fais de très belles trouvailles dans ce genre…)
D’abord
miseducation_cameron_post
The Miseducation of Cameron Post par Emily M. Danforth
4e de couv’
Dead parents. Random acts of shoplifting. Girls kissing girls in barns, in twisty slides on playgrounds, in abandoned hospitals. A Victorian dollhouse with all kinds of weird shit glued to it. The compulsive renting and watching of 99cent videos. Miles City, Montana. The 1990s. Swimming. Summer. Cowgirls. Dinosaur discovering. Ferris Wheels. Conversion therapy. Taco Johns. A girl named Jane Fonda and the hollowed compartment in her prosthetic leg. The way a mountain-toppling earthquake that happened some thirty years before keeps aftershocking our hero: Cameron Post. Yup: it’s coming of age, it’s coming of GAYge, it’s a Bildungsroman, a novel of development, it’s all of these things, none of these things, and it would be kick-ass if you gave it a whirl.
Mon avis
Un roman que je voulais lire depuis longtemps, d’abord par son thème – une jeune fille des années 80-90 envoyée dans un camp de rééducation en raison de son homosexualité – ensuite parce qu’il s’agit – malheureusement – d’un bouquin visé par la censure dans plusieurs établissements scolaires.
Je m’attendais  à un roman poignant, j’étais loin du compte. Un roman qui vous brise le coeur, mais qui vous fait sourire aussi. Un roman témoignage sur ce que c’est d’être adolescent dans les années 80-90, un roman sur le coming-out et le secret institué dans les petites villes de province. Un roman sur l’amour, sur l’amitié surtout, la tolérance et qui ne pointe aucun « vilain » du doigt, ce que j’ai grandement apprécié.
L’auteur prend son temps pour livrer son histoire et personnellement, j’ai apprécié le voyage. Un must-read.
knockout_games
Knockout Games par G. Neri 
4e de couv’
Part Oliver Twist, part Fight Club, set in urban St. Louis, the novel is about a newly transplanted white sophomore girl named Erica who finds herself alienated in an almost all-black school. Her only friend is a video camera– a gift from her recently estranged father. She withdraws into a world only experienced through her lens, but the camera leads to a run-in with a girl named Destiny, who takes Erica under her wings as the mascot and videographer for the mysterious TKO Club. Erica soon finds out what the club wants her to record: the notorious knockout games  where kids pick out a stranger at random and try to knock them out with one punch. At first, Erica is shocked, but any doubts are diminished when she falls for the TKO leader, a Junior everyone calls the Knockout King. She starts filming the club’s games, first as a kind of documentary, then as a way to make friends. But she sinks deeper and deeper into the world of the knockout game as she gains a following online and the respect of the club. Next things she knows, she’s up to her neck in trouble when one of the victims dies and suddenly, it’s murder. Now she has to come to terms with her actions and the wake of victims she and her crew has left behind.
Mon avis
Un roman qui m’a fait de l’oeil avec son sujet pour le moins polémique: le Knockout Games, un « jeu » consistant à assommer d’un seul coup de poing une victime désignée au hasard. Erica, une jeune fille ayant dû déménager à la va-vite à la Nouvelle-Orléans avec sa mère, va faire la connaissance de cet univers au sein de son lycée, où quasi seule Blanche parmi des élèves noirs, latinos ou métis, elle est d’abord la cible de moqueries et de harcèlement. Ce qui la sort de cette spirale infernale, c’est son talent derrière la caméra. Un talent qui se retrouve soudain propulsé sur le devant de la scène quand elle filme, presque par hasard, une séance de Knockout. Un talent qui accroche aussi l’oeil de celui qui est surnommé le Knockout King, le troublant Kalvin…
Un roman qui explore avec brio les zones de gris, entre volonté d’être intégré et la culpabilité d’être le témoin de ce jeu, dont la violence ne va pas tarder à causer des ravages dans la ville. J’ai beaucoup aimé la façon dont l’auteur mène son intrigue, dévoile ses personnages, le tout en n’émettant aucun jugement à leur encontre. Erica se révèle une héroïne, qui encaisse pas mal de choses horrifiantes, et sa résistance, sa volonté de vivre et de pouvoir encore se regarder dans le miroir sans se détester m’ont beaucoup émue. Un roman coup de poing, sans mauvais jeu de mots, et qui pose des questions douloureuses.
Et enfin, pour clôturer ce bilan lecture, une déception, j’ai nommé
dose_melvinburgess
La dose de Melvin Burgess
4e de couv’
Une nouvelle drogue vient de faire son apparition dans un contexte politique agitée. Appelé le Raid, dette drogue promet une semaine de rêve où tout devient possible, avant de donner la mort. Lorsqu’une célébrité meurt sur scène 7 jours après avoir pris du Raid, c’est le déclic pour de nombreux fans. Adam, 17 ans, pour qui la vie n’a fait aucun cadeau se laisse tenter lorsque son frère disparaît et que sa petite amie Lizzie, le largue. Mais il ne tarde pas à regretter son geste…
Mon avis:
Un contexte politique totalitaire. Une situation économique globale désastreuse. Des jeunes au bord du désespoir. Une drogue qui leur promet monts et merveilles pendant 7 jours, puis le repos éternel.
Comment résister? C’est ce qu’Adam et Lizzie, jeune couple, vont vivre, chacun de leur côté. Et si la vie valait la peine d’être vécue finalement ?
Un roman qui aurait pu me plaire, vu les thèmes développés, mais dont hélas le traitement m’a fait grincer des dents (et même plus). Le point de départ, cette drogue miracle et mortelle en même temps, se révèle intriguant. Hélas, l’auteur va trop vite, trop fort, on sent sa volonté derrière les actes des personnages, qui en deviennent de simples marionnettes dans ses mains. Adam, un des personnages principaux, se révèle écoeurant d’hypocrisie et de je-m’en-foutisme. Et ne parlons même pas de sa relation avec Lizzie, qui se voit elle soumise à quelques-uns des pires clichés concernant les love interest.
Quant au message final, il aurait pu m’émouvoir s’il avait été mieux amené et surtout par des personnages auxquels j’aurais pris intérêt. Hélas, ce n’est pas le cas et ce roman ne comptera certainement pas parmi ceux dont je me souviendrai !
Et voici pour ce bilan de novembre ! Et vous, quel est le vôtre ?

Bilan lecture du mois d’octobre

Un mois assez varié au niveau lectures, qui sont moins nombreuses, obligations d’auteur obligent, mais très intéressantes!

On commence par de la fantasy urbaine mâtinée de Féérie, avec The Winter Long par Seanan McGuire.

The-Winter-Long-October-Daye-8-Seanan-McGuireSi vous avez lu cet article, vous savez qu’il s’agit d’une de mes séries de fantasy urbaine favorites! C’est sans doute pour cette raison que je vais me montrer plus critique vis-à-vis de ce nouvel opus, qui était annoncé par l’auteur comme un tournant décisif dans l’évolution de Toby. Une évolution qu’on a déjà pu constater à de nombreuses reprises, car l’auteur ne ménage guère son héroïne (et bien sûr, j’en redemande!). J’ai donc été un peu déçue par cette enquête, ainsi que par le retournement de situation, qui me semble encore assez obscur. C’est sûr, l’auteur parvient à nous surprendre et on devine que de nombreux mystères sont encore à venir. Cependant, j’ai trouvé que le tout tirait un peu en longueur, avec les dialogues qui semblent parfois trop « lourds », dans le sens où ils contiennent trop de blagues et plaisanteries à mon sens. On va le savoir que l’héroïne ne peut vivre sans son café (et c’est une addict à la caféine qui le dit!).

Bref, légère déception avec cet opus, ce qui ne m’empêchera pas de tester le prochain!

On enchaîne avec une nouvelle, une fois n’est pas coutume!

hunting_monsters

Titre: Hunting Monsters

Auteur: S.L. Huang

Genre: Réécriture de contes

Niveau: Accessible

Il y a quelque temps, mon blog anglophone favori, The Book Smugglers, avait lancé son premier AT dont le thème était la réécriture de contes de fée. J’étais donc très curieuse de voir le résultat ! La première des nouvelles sélectionnées, Hunting Monsters, m’a amplement satisfait lors de sa lecture. Diversité, secrets familiaux, exploration de thèmes tels que le sexisme ou encore le racisme, et bien sûr, la nature même de Féérie, cette dualité entre force et fragilité : comment ne pas craquer ? En tout cas, si vous voulez une belle lecture VO, au niveau accessible, je vous la recommande. En plus, vous pouvez la lire gratuitement sur le site des Book Smugglers ainsi qu’explorer les autres nouvelles sélectionnées. Ce n’est pas beau, ça ?

On continue avec une novella signée…

snake_charm

Titre: The Snake Charm

Auteur: Laura Lam

Genre: Fantasy

Niveau: Confirmé

Une novella, qui s’inscrit dans l’univers développé par l’auteur dans sa saga YA Pantomime, mais qui peut se lire indépendamment… En plus, la novella était disponible à prix réduit, j’en ai donc profité. Et je n’ai pas été déçue du voyage. D’abord, l’intrigue se passe dans un cirque. Franchement, combien de romans SFFF pouvez-vous citer qui se passent dans le milieu du cirque ? Un milieu, qui m’a toujours fasciné d’ailleurs. Un des clowns cache un lourd secret et il va se retrouver aux prises avec un mystérieux Vestige, un objet chargé d’un pouvoir pour le moins terrifiant… J’ai beaucoup aimé la manière dont l’auteur tournait l’intrigue, explorait son univers sans nous perdre en route et donnait en même temps sacrément envie d’en savoir plus! D’autres novellas dans l’univers des Vestigial Tales sont disponibles et je peux vous dire que ce ne sera pas ma dernière incursion dans ce monde.

On continue avec un roman cette fois-ci, j’ai nommé…

whats_left_of_me

Titre: What’s left of me

Auteur: Kat Zhang

Genre: YA

Niveau: Intermédiaire

Un roman surprenant à plus d’un titre ! Dans le monde développé par Kat Zhang, tout le monde naît avec deux esprits dans un seul corps. Cette dualité perdure jusqu’à l’âge de 4-5 ans, jusqu’à ce qu’un des deux esprits laisse la place à l’autre et disparaisse. Tout le monde ? Pas vraiment. C’est exactement le souci de l’héroïne, qui a appris au fil du temps à cacher sa condition. Néanmoins, elle ne peut jouer le jeu très longtemps, surtout quand une indiscrétion d’une amie la place en très mauvaise position… J’ai adoré le concept d’une double identité enfermée dans un seul corps, de cette relation si ambiguë, entre fraternité et haine, de la prise d’indépendance qui passe également par le contrôle du corps. J’ai trouvé que le style de l’auteur était empreint d’une grande sensibilité, de beaucoup de justesse. Bref, un roman comme j’aimerais en lire plus souvent, c’est certain. Et puis admirez cette couverture! Je trouve qu’elle rend parfaitement justice au roman.

Ensuite, je me suis fait un (gros) plaisir en me lançant dans la relecture des deux derniers tomes de la saga épique de G.R.R Martin, A song of Ice and Fire !

Pour ceux et celles qui ne le sauraient pas encore – j’entends des soupirs dans l’assistance – il s’agit juste de ma saga favorite. Et niveau relecture, j’en suis à la moitié du dernier tome, que je redécouvre avec grand plaisir (le danger de lire trop vite, hé hé) Bien sûr, cela a mis un sacré frein dans ma progression de lecture, mais j’estime que le jeu en vaut largement la chandelle !

A Feast for Crows UKadancewithdragons

 Relecture que j’ai dû interrompre lors de mon voyage pour me rendre aux Utopiales !

Profitant de la somptueuse bibliothèque de ma généreuse hôtesse, j’ai donc dévoré :

enfants_evernight_1

enfants_evernight_2

Titre : Les enfants d’Evernight

Auteurs : Andoryss & Yang

Genre: Fantasy

Comme quoi les insomnies ont du bon! Je ne lis presque jamais de BD et bien, j’aurais eu fabuleusement tort si j’étais encore passée à côté de ces deux tomes, à l’imagination époustouflante et aux dessins somptueux. Camille a 13 ans. Nous sommes à la fin du 19e siècle et son père a décidé de la mettre en pension. Révoltée, la jeune fille fait le souhait de ne jamais se réveiller de cette dernière nuit dans son home, sweet home. Loin est-elle de s’imaginer que ce faisant, elle va découvrir Evernight, une contrée où les hommes ne sont pas admis…

J’ai été totalement embarquée dans le périple de Camille dans l’univers pour le moins bizarroïde d’Evernight, où l’on sent que les choses sont loin d’être simples et qu’elles nous réservent encore de beaux mystères! Comme je le disais plus haut, le dessin et les couleurs sont superbes, l’intrigue n’a aucun temps mort et les personnages, bien campés. Bref, un régal. Je compte bientôt d’ailleurs me mettre aux deux romans signés Mel Andoryss et publiés chez Castelmore !

En parlant BD, j’en ai aussi profité pour lire…

sans-ame-1-black-moon-graphics

sans-forme-protectorat-ombrelle-2-pika

Titre: Le protectorat de l’ombrelle 1 & 2

Auteurs: Gail Carriger & Rem

Genre: Fantasy historique

Un bilan mitigé pour ces deux romans graphiques! En fait, j’avais déjà lu le premier, Sans âme, dans sa version roman et s’il m’avait bien plu, je n’avais pas poussé l’aventure plus loin. J’étais curieuse de voir ce qu’une adaptation graphique pouvait donner et je dois dire que j’ai davantage apprécié le manga que le roman ! Ce n’était pas gagné au départ, parce que je ne suis pas une grande fan des mangas – goût personnel – et je me demandais aussi comment l’univers si particulier de l’auteur pouvait être adapté. C’est une réussite pour ma part: je l’ai même trouvé plus clair et jouant davantage sur la corde de l’humour que le roman lui-même, c’est dire!

En revanche, le tome 2 m’a semblé plus obscur – peut-être le fait que je n’aie pas lu le tome 2 dans sa version roman a-t-elle joué ? – moins clair au niveau des enjeux. Et cette fin… Vous savez quoi ? Il vaut mieux pour mes nerfs que je ne vous en parle pas! Mais cela me poussera peut-être justement à jeter un coup d’oeil au tome 3. Quant aux dessins, je l’ai trouvé fidèle à ma conception des mangas et c’était très agréable comme découverte, je dois dire.

Et enfin, on passe au coup de coeur pour un roman jeunesse, signé par une amie de coeur et de plume, j’ai nommé Nadia Coste!

Couv Ascenseur

Titre: Ascenseur pour le futur

Auteur: Nadia Coste

Public: 10 ans et +

Genre: Fantastique

J’hésite toujours à m’engager dans un roman destiné aux jeunes publics, n’ayant pas toujours le sentiment d’accrocher aux aventures des héros. Je peux vous dire qu’avec ce mini-Syros, je n’ai eu aucun problème de ce genre! C’est l’histoire de Brett, jeune garçon qui se fait racketter au quotidien par une bande d’élèves plus âgés. Vient un jour où Brett décide de se rebeller. Manque de bol: il se fait repérer et une course-poursuite s’engage. Acculé dans un hangar par la bande, Brett croit sa dernière heure arrivée quand soudain, devant lui, surgit un ascenseur. Et à l’intérieur, une silhouette qui lui fait signe de s’y réfugier…

Nadia Coste livre avec talent et sensibilité sa réponse à la question « Et si nous avions su, adolescents, ce que nous allions devenir? » J’ai adoré ce roman qui met en scène les relations père/fils (mais pas que!) tout en jouant sur les voyages temporels et leurs désavantages… Franchement, vous voulez un roman jeunesse plein de fraîcheur, avec des héros attachants ? Foncez sur cet Ascenseur pour le Futur, vous ne serez pas déçus!

Et vous, quel est votre bilan lecture d’octobre?

Ecrire pour la jeunesse

« Jeunesse » étant un terme assez large dans le contexte de cet article 🙂 Je préfère le préciser!

Une question qui revient souvent ces derniers temps est le fait d’écrire pour la jeunesse. Outre les réponses qui me viennent tout de suite à l’esprit quand on me pose cette question – à savoir que j’aime exploiter des personnages ados/jeunes adultes, que j’aime narrer leurs premières fois, que j’aime aussi leur style et la vision de la vie qu’on peut avoir à cet âge – j’ai aussi trouvé des échos dans cet article.

Il a été écrit par une agente américaine, Sarah LaPolla, que je suis sur Twitter (quelle surprise, n’est-ce pas, je sais que vous ne vous attendiez pas à ce que je mentionne Twitter dans cet article!) et parle justement d’écrire pour le 21e siècle. Le titre m’a pas mal intrigué et je me suis plongée dedans. De quoi cela parle-t-il, me direz-vous?

Tout simplement du public pour lequel les auteurs jeunesse écrivent en premier lieu, à savoir les jeunes (là aussi, je vise large). Des jeunes, qui pour la plupart, ne sont pas familiers des années 80 ou 90, mais bien des années 2000. Des enfants de ce 21e siècle, qui évolue tellement vite dans certains domaines et pas assez dans d’autres. Cela peut sembler une évidence, mais un point que Mrs LaPolla illustre parfaitement bien – et je pense qu’elle a l’expérience nécessaire pour le montrer, vu les centaines de soumissions qu’elle reçoit par semaine, si pas par jour! – c’est que les auteurs ont tendance à oublier justement ce 21e siècle.

Quelque part, c’est compréhensible. Pour prendre mon exemple, je suis née au début des années 80, j’ai connu une certaine période en étant ado, des références culturelles, sociales et économiques qui ne sont plus du tout les mêmes maintenant. Si je vous parle walkman, Friends ou encore Myspace, ça parlera naturellement à certains d’entre vous – et vous donnera un coup de vieux au passage! Si les ados d’aujourd’hui peuvent connaître ces références, ils n’ont pas vécu avec. Et honnêtement, pourquoi devraient-ils s’en soucier?

Comme le dit Mrs LaPolla

With adults, whether they’re 52 or 27, they have at least one thing in common: they can look back on their adolescence as adults. Teens can’t. They only know their own worldview and the here-and-now. This is one of the main reasons I love YA and want to bring more of it into the world. Teens are full of possibilities. They have more ahead of them than behind them, and their stories often reflect that.

Ce qui peut donner en VF:

Les adultes, qu’ils aient 52 ou 27, ont au moins une chose en commun: ils peuvent revenir sur leur adolescence, avec leurs yeux d’adulte. Les jeunes, eux, ne le peuvent pas. Ils n’ont que leur vision du monde et la perception « aujourd’hui & maintenant ». C’est l’une des raisons principales pour laquelle j’aime le YA et désire donner sa chance à davantage de romans écrits pour ce public. Les adolescents regorgent de possibilités. Ils regardent davantage en avant qu’en arrière et leurs histoires en sont souvent le reflet.

Est-ce à dire que nous sommes trop « vieux » en un sens pour écrire pour la jeunesse? Certainement pas. Car le YA – et c’est un sentiment que je partage entièrement – possède cette double nature, que certains pourront trouver contradictoire, mais que personnellement, je considère comme complémentaire, c’est-à-dire:

I am a firm believer that teens are teens are teens. Meaning, their circumstances and perspectives change, but they don’t. Not really. That’s another reason why I love YA. I don’t need to be a 21st century teen to remember what it felt like to be a teenager. The heart of your stories – the emotional arcs of your characters – should be timeless. That doesn’t mean you can ignore a changing world that influences how your audience relates to your novel.

Et en VF:

Je crois fermement que les adolescents restent des adolescents. Ce qui veut dire que les circonstances et les perspectives changent, mais qu’eux ne changent pas. Pas vraiment. C’est une autre raison pour laquelle j’aime le YA. Je n’ai pas besoin d’être un ado au 21e siècle pour savoir ce que c’est d’être un ado. Le coeur des histoires, les émotions que ressentent les personnages doivent avoir ce caractère intemporel. Ce qui ne signifie pas que vous pouvez ignorer un monde en pleine mutation, qui influence la manière dont votre public s’identifie à votre roman.

 

Ce caractère intemporel est quelque chose que je ressens très fort dans mes lectures, qui appartiennent le plus souvent au YA. Pourquoi sinon m’identifierais-je à ces personnages & ressentirais-je du plaisir à découvrir ces histoires, qui, à première vue, ne me concernent plus vraiment? Pourquoi, sinon ce caractère intemporel, ce côté commun à nous tous, peu importe l’âge que nous ayons, qui nous touche et nous fait vivre des émotions via ces romans? C’est quelque chose que l’on retrouve dans la plupart des romans YA, peu importe le contexte ou le genre d’ailleurs. Bien sûr, ce n’est pas la seule raison pour laquelle je lis du YA, mais j’en profite aussi pour clamer haut et fort: oui, le YA peut être lu par tous, peu importe que vous soyez un ado ou un adulte.

Pour autant – et là aussi, je suis tout à fait d’accord avec ce que Mrs LaPolla explique – il ne faut pas ignorer le monde dans lequel nous vivons, sans pour cela faire un blocage dessus – car soyons clairs, vous n’avez pas besoin de parsemer votre texte de références pour montrer que vous êtes « dans le coup » – une autre expression des années 90 !  – ou de faire un blocage dessus. Pourquoi ? Parce que ces références ne cessent d’évoluer et que votre texte risque de s’en ressentir par la suite, au moment de sa parution. Honnêtement, si vous décrivez un perso vêtu d’un jeans, est-il obligatoire de mentionner que ce sont des jeans skinny, baggy ou autres ? Ou que le téléphone portable dispose de l’option navigation sur Internet ? Nope. Il est bon aussi parfois de laisser l’imagination de votre lecteur faire son oeuvre. Et de penser à l’avenir & aux futures générations qui vous liront peut-être!

Si vous le pouvez, n’hésitez pas à lire la suite de cet article, très intéressant!