Le mardi sur son 31

En attendant mon bilan lecture du mois de mai – qui arrive bientôt… Où ai-je donc planqué mon retourneur de temps? – laissez-moi vous parler d’un livre qui m’a fait rire et emporté dans son univers en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire!

Et tout ça avec un simple canard en plastique jaune (du moins au début!)

« Est-ce que tu en es sûre ? insiste mon frère Karl, seize ans, en agitant sous mon nez un canard en plastique. Il est jaune?

Je hoche la tête. Je sais ce que je vois: un vulgaire jouet en caoutchouc jaune. Karl le balance avec humeur sur son bureau. Qu’est-ce qui ne va pas avec son canard? Et puis ce n’est pas le jour pour se prendre la tête à cause d’un canard! »

Je veux bien sûr parler de Subliminale, premier tome de la Balance Brisée, de ma chère Lise Syven, qui vient de paraître aux éditions Castelmore !

9782362311062PC

Sublime couverture, n’est-ce pas!

Pour tout dire, j’appréhendais un peu d’ouvrir ce roman, notamment en raison du public ciblé, plus jeune que ce que je lis habituellement en jeunesse (ceux qui me lisent régulièrement savent ma grande affection pour le YA!). Serais-je capable de m’accrocher aux personnages et de ressentir autant d’empathie pour eux que pour des héros plus âgés, dont les soucis sont souvent plus à même de me toucher?

En fait, je n’aurais pas dû m’en faire. Car Elie, l’héroïne de Subliminale, possède un caractère bien trempé et se révèle aussi drôle qu’attachante! Pour autant, le roman ne s’ouvre pas sur une vraie tranche de rigolade: en effet, les parents d’Elie et de Karl viennent de décéder dans un accident de voiture, les laissant tous deux orphelins. Heureusement, ils peuvent compter sur leur tante Mag, un personnage que j’ai vraiment apprécié, et Elie, sur son amie Fatou (que j’ai hâte de retrouver également!). Mais la jeune fille soupçonne vite son frère et sa tante de lui dissimuler des choses, entre messes basses au salon et discussions à propos de ce qui est réellement arrivé à leurs parents…

Ni gnangnan, ni fonceuse à tout prix sans faire attention aux autres, Elie se révèle une héroïne comme je les aime: avec sa force de conviction, son petit caractère, elle ne se laisse pas faire et est bien déterminée à trouver des réponses à ses questions. Elle n’oublie cependant pas ses proches et se révèle incroyablement forte dans des moments tumultueux… et il y en aura dans ce premier tome ! Et puis surtout Elie est débrouillarde. Preuve – s’il en fallait encore une !  – que non, les héroïnes n’ont pas besoin de prince charmant pour s’en sortir ! D’ailleurs, j’ai beaucoup aimé le portrait des ados dans Subliminale.

Une autre force de son roman, c’est son univers. Lise Syven parvient à le rendre non seulement crédible, mais aussi très innovant (ce qui n’est pas toujours facile, vu l’invasion du surnaturel en jeunesse!). Et un point qui m’a beaucoup touchée, parce qu’il est encore et toujours important de le rappeler, c’est la diversité présente dans ce roman. Diversité des cultures, des horizons, brillamment illustrée par des personnages comme Fatou, Karim, etc.

En conclusion, un premier tome qui m’a vivement intéressée, qui compte parmi mes jolies découvertes du mois de mai et dont j’attends impatiemment la suite !

Je profite aussi de cet article pour féliciter chaudement ma chère Silène Edgar et son complice de plume, Paul Beorn, qui viennent de remporter le prix Gulli 2014 pour leur brillant « 14-14 » !! Le lien vers une de leurs interviews!

14_14_couv

Bravo à tous les deux !!!

7 réflexions sur “Le mardi sur son 31

  1. Pingback: Bilan lecture du mois de mai | Cindy Van Wilder
  2. Mon intérêt est piqué ! J’avais déjà repéré ce roman grâce à sa magnifique couverture, et ton avis me donne encore plus envie de m’y plonger… 🙂 (ne pas craquer, ne pas craquer, ne pas craquer… oh et puis merde)

  3. Tu fais bien de techniquement me reprendre car en vrai, je suis totalement dans une phase YA vu que je viens d’avoir un énorme coup de coeur pour Eleanor & Park.
    C’est vraiment le jeunesse qui me tente moins en ce moment.

    Donc reprenons pour ne pas créer de malentendus :

    « Tu donnes envie mais je ne crois pas être dans un mood jeunesse. 🙂
    C’est noté en tout cas. »

    ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s