Mettre le point final

On parle beaucoup des étapes à entreprendre avant la rédaction du roman. Des astuces à utiliser quand vous tombez en panne d’inspiration ou, au contraire, quand vous en avez trop et que votre intrigue commence à ressembler davantage à un poulpe envahissant qu’à l’histoire, claire et nette, que vous aviez couché sur votre synopsis. De ce qu’il convient de faire quand vos personnages échappent à votre contrôle et n’agissent qu’à leur guise . Des évènements pour vous motiver à avancer coûte que coûte, même si votre histoire a toute la fluidité désormais d’un marais stagnant.

On parle peu, en revanche, des sentiments qui assaillent l’auteur quand ce dernier, après tous ces obstacles – et croyez-moi, j’exagère à peine avec mes comparaisons! – pose le point final de son roman.

C’est encore plus vrai quand il s’agit d’une trilogie.

Le bébé en version brute...

Le bébé en version brute…

 

Et si cette capture d’écran n’est pas assez parlante, je le déclare haut et fort : j’ai mis le point final au tome 3 des Outrepasseurs !

 

Rien que de le dire, j’en ai (encore) des frissons.

Même si mettre le point final ne signifie en aucun cas la fin de l’aventure – voir mon article sur l’auteur en attente de publication – en revanche, c’est une parenthèse qui se referme. Bien entendu, il reste du travail de peaufinage, arrachage, désherbage et j’en passe. Il n’en reste pas moins que quelque part, vous avez fini d’élaborer les aventures de vos personnages, de les torturer aussi à l’occasion, et que vous vous retrouvez à agiter un mouchoir (et à verser une larme) alors que vous vous éloignez du texte.

Quand j’ai posé le point final, même si cela m’a serré le coeur, j’ai aussi ressenti pas mal de fierté. L’aventure des Outrepasseurs a commencé en 2008, lors du NaNoWriMo, et quand je regarde son parcours, il y a quand même eu de fameuses montagnes russes ! Bien sûr, vous me direz que ce n’est pas fini, puisque les deux autres tomes sont en attente de publication. Néanmoins, au moment de dire au revoir à Peter, Noble et aux autres personnages, je ressentais plutôt ceci :

goodbye_charlie_brown

 

Et maintenant ?

hello_Muse

 

Comme je le disais plus haut, l’aventure est loin d’être finie… Entre les phases de relecture, de correction, les publications à attendre – et j’aurai l’occasion de vous en reparler, soyez-en sûrs ! – je ne risque pas de m’ennuyer !

Sans compter bien sûr les dédicaces et autres opportunités de vous rencontrer… Je suis d’ailleurs très fière de participer aux prochaines Imaginales, qui auront lieu à Epinal fin mai, en tant qu’auteur. Après tant d’années à l’avoir fréquenté en tant que simple visiteuse, je passe de l’autre côté du miroir…. ou plutôt de l’autre côté de la table de dédicaces !

imaginales2014

Admirez l’affiche au passage… Sublime, n’est-ce pas ?

 

Je vous fixe donc rendez-vous pour de nouvelles aventures!

17 réflexions sur “Mettre le point final

  1. Ca m’a fait tout drôle, à moi aussi, de terminer l’écriture du tome 1 de mes Terres Sombres. Là, j’entame les inévitables corrections donc comme tu dis, ce n’était qu’un au revoir et hop, les revoilà dans ma vie, tous mes personnages. ^^
    Bonne journée.

  2. Ce que tu dis là ressemble à ce que vit mon mari quand il met le point final à un de ses romans. Le point final n’est effectivement pas la fin du roman mais le commencement de l’aventure de ce livre..

  3. (Tiens, c’est drôle, ton article fait écho au dernier d’Agnès, quelle coïncidence ! ^^)
    Ahhh, moment d’émotion ! Le clap de fin ultime… La fin d’une aventure, et le début d’une autre ! J’imagine le flot d’émotions que tu dois traverser.
    Dans tous les cas, un immense « félicitations » s’impose ! 😀 Reste plus qu’à attendre, pour nous pauvres lecteurs mortels, la publication de la suite…

  4. Pingback: Imaginales 2014 : Demandez le programme ! | Cindy Van Wilder
  5. Ah, le plaisir de terminer une trilogie… C’est clair que c’est vraiment émouvant (en ce qui me concerne, je n’ai pu retenir une larme au moment d’écrire la dernière phrase…). Je suis vraiment content que tu puisses « refermer cette parenthèse » comme tu l’écris si bien. Au plaisir de te lire 😉

  6. Pingback: Bilan lecture du mois de mai | Cindy Van Wilder

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s