Habitudes d’écrivain

C’est bien connu, chaque écrivain a ses petites manies, que ce soit le fauteuil qui doit être placé de telle manière, le gri-gri nécessaire pour entamer la rédaction d’un texte ou encore les différentes manies pour taquiner la Muse en panne d’inspiration (ou la bâillonner quand on veut qu’elle se taise!)

J’ai donc décidé de vous dévoiler quelques-unes de mes petites manies d’auteur…

Avant l’écriture  – Quand l’inspiration rime avec Muse!

C’est le moment, à la fois complètement déjanté et bienheureux, où la Muse (comprenez le coin de mon cerveau qui s’amuse à me souffler plein d’idées) et moi sommes en pleine osmose. Elle propose, je dispose (enfin quand je peux!).

D’où viennent ses idées ? Muse a de nombreuses sources d’inspiration, que ce soit les séries que j’aime regarder (si, si, vous pouvez être sûrs qu’au détour d’un épisode que j’ai particulièrement apprécié, elle va essayer de me dire « et si… ». Ca commence toujours ainsi!) d’un livre ou simplement de scènes de la vie quotidienne.

Ce qui vient en premier ? Les personnages. Il est rare que Muse commence par un autre pan de l’intrigue (les thèmes principaux, le monde dans lequel se déroule l’intrigue ou l’intrigue elle-même d’ailleurs!) Tout découle de ces êtres de papier, dont certains me deviennent très chers.

D’ailleurs, j’ai toujours du mal à m’en séparer. La preuve ? De vraies difficultés pour finaliser mes premières versions (mes relectrices en sont témoin!) (bizarrement, dans ces moments, la Muse est aux abonnés absents!)

Pendant l’écriture – Please do not disturb!

Si je n’ai pas de manies en particulier, j’écris souvent dans mon bureau, qui abrite aussi ma bibliothèque – dont le naufrage sous les bouquins a été évité de justesse grâce à ma liseuse! C’est une pièce ouverte sur le jardin, ce qui a alimenté pas mal de rêveries entre deux casse-têtes sur cette maudite intrigue qui ne veut pas couler comme je le veux!

Le plus souvent, je suis rejointe et soutenue en silence (ou avec force ronrons, c’est selon) par une demoiselle féline, qui insiste parfois pour que je la câline plutôt que d’écrire sur ce clavier!

Bon, la photo a été prise quand elle était encore un chaton, mais j'adore cette bouille !

Comment voulez-vous résister à ce regard ?

Pas de breuvage préféré, mis à part l’habituel duo café(s) du matin/thé de l’après-midi!

Toujours pendant l’écriture… – Work in progress

J’ai besoin de visualiser les scènes que j’écris. La musique ne m’est absolument pas nécessaire pour y arriver – souvent, d’ailleurs, elle me déconcentre – je préfère me laisser bercer par la mélodie des mots.

Ce que je préfère écrire ? J’aime bien les scènes d’action, même si quelquefois je pèche par manque de descriptions. Les scènes où des émotions fortes sont nécessaires, positives comme négatives, comptent aussi parmi mes favorites.

Parfois (ça n’arrive pas toujours) j’arrive à créer une sorte de bulle, où tout ce qui compte, c’est l’écran et le clavier, et bien sûr ma scène. A ce moment, je pense bien qu’une bombe pourrait exploser dans le jardin, je m’en ficherai royalement (quoique par la suite, je pense que le voisinage m’entendrait…) Je peux vous dire que, quand je parviens à entrer dans cette bulle, c’est le meilleur des sentiments. J’en ressors complètement lessivée, mais avec un grand sourire sur le visage!

Après l’écriture – Retour dans le réel… Outch!

J’aime bien noter les avancées du jour parfois. Voir défiler les signes, le nombre de mots… et me prouver que oui, je peux atteindre ce satané palier qui me narguait depuis longtemps!

Ce que j’aime aussi faire – si le temps le permet – c’est une bonne ballade, histoire de dérouiller mes jambes… et de réfléchir aux prochaines scènes!

Et vous, quelles sont vos habitudes ?

Si vous avez des questions à ce sujet, n’hésitez pas! Cet article sera peut-être le premier d’une série…

26 réflexions sur “Habitudes d’écrivain

  1. Pas trop d’habitudes en ce qui me concerne, mais surtout un horaire : j’écris plutôt l’après-midi. L’écriture peut déborder sur le soir lorsque je suis dans une phase « maniaque » 😀

  2. Vraiment intéressant de découvrir tes habitudes 🙂 Et ton chat est un amour ! Je suis surprise que tu parviennes à te concentrer sans fond sonore, cela nécessite une sacré capacité de concentration, je trouve.

    Pour répondre à ta question, en ce qui me concerne, je ne parviens à travailler qu’avec de la musique (métal, épic musique) et bien cloîtrée dans mon bureau. Contrairement à toi, ma Muse peut me présenter d’abord à mes prochains personnages (avec lesquels je noue des relations affectives tout comme toi) ou l’environnement. L’intrigue vient souvent après. C’est le dénouement et l’articulation pour y arriver qui constitue toujours une grande angoisse pour moi.

    • ah c’est marrant, comme on peut avoir des fonctionnements différents 😉
      Me concentrer avec la musique allumée me demande le plus d’efforts.
      En revanche, oui,le dénouement, c’est toujours un passage plus épineux pour ma part 😉

  3. Alors moi je n’écris pas, juste pour mon blog donc ça compte pas. Mais Chéri qui écrit a pas mal de rituel aussi..:) C’est amusant de voir vos petits trucs pour être le mieux pour écrire..

  4. J’adore découvrir les petits trucs d’écrivains !
    Je te comprends hautement pour le silence, il n’y a rien de mieux pour se concentrer et entrer dans sa bulle. Tu as de la chance d’avoir un jardin, ça doit faciliter la rêverie en effet (enfin, quand il fait beau).
    Ahhh, Brandy est tellement mignonne… Tu me la donnes ? 😀 (j’ai intérêt à courir vite, héhé) En tout cas, la présence d’un chat doit être reposante. C’est drôle, il y a un article sur Actualitté sur les chats et la littérature aujourd’hui, d’ailleurs, comme quoi beaucoup d’écrivains en avaient et en ont à leurs côtés.

    • ah oui, je viens de le voir pour l’article ! Oh, pour Brandy, tu auras déjà de la chance de la voir IRL (c’est une trouillarde pas possible ^^)
      ah je vois que tu es une adepte du silence aussi 🙂

  5. Très chouette article encore (pas encore passée poster un message mais j’avais relayé ^^) et c’est comique, moi aussi j’ai une demoiselle poilue pour me détourner de ma tâche ^^
    Sans parler de mini-moi 😉
    Sinon, je partage le duo café/thé (même si j’avoue carburer davantage au café). Pour le reste, j’écris partout, dans le salon, dans le fauteuil et je suis dans une bulle quand j’écris (mais je réponds aux demandes de poilue et mini-moi !). Et pas de moment particulier, j’écris quand je peux (enfin, j’essaie!).

  6. C’est intéressant !
    Je me retrouve dans quelques-unes des habitudes, sauf une. J’écoute toujours de la musique (adaptée à la scène en cours d’écriture, disons…)

  7. En général, il me faut un petit moment tranquille où je puisse réfléchir avant de m’attabler. J’aime bien avoir une tasse chaude sur laquelle poser mes mains pendant les moments de réflexion entre deux paragraphes un peu délicats. Il me faut le silence, pas de musique pour me détourner de mes mots.
    Et je ne suis mieux nulle part qu’à mon propre bureau.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s